Népal: La police tue quatre personnes, dont un enfant
Publié

NépalLa police tue quatre personnes, dont un enfant

Des heurts entre policiers et opposants à la nouvelle Constitution se sont à nouveau produits mardi soir dans le sud du Népal.

Les heurts entre policiers et manifestants ont fait une quarantaine de morts ces dernières semaines.

Les heurts entre policiers et manifestants ont fait une quarantaine de morts ces dernières semaines.

Reuters

Quatre personnes, dont un garçon de quatre ans, ont été tuées mardi soir dans le sud du Népal par des tirs de la police lors d'une manifestation contre la Constitution qui doit prochainement entrer en vigueur. La police a expliqué avoir ouvert le feu pour riposter aux jets de cocktails molotov et de pierres par des manifestants qui s'en sont également pris aux véhicules de la police et ont vandalisé un commissariat dans le district de Rupandehi.

«Quatre personnes ont été tuées lorsque la police a dû ouvrir le feu face à la foule qui devenait menaçante», a dit le chef de la police du district, Rajendra Dhakal, par téléphone à l'AFP. «Malheureusement un garçon de quatre ans figurait parmi eux».

Les heurts entre force de sécurité et manifestants de communautés historiquement marginalisées sont opposées à ce texte ont fait plus de 40 morts au cours de ces dernières semaines dans le Sud, dont 11 policiers et un garçon de 18 mois.

Entrée en vigueur dimanche

Les membres de l'Assemblée constituante votent depuis dimanche sur une nouvelle Constitution, un texte élaboré dans le cadre d'un accord historique conclu en août entre les principaux partis, pressés par la population de s'entendre depuis le séisme meurtrier du 25 avril. Le texte devrait entrer officiellement en vigueur dimanche.

Mais le partage prévu du pays en sept provinces suscite la colère de plusieurs minorités ethniques qui craignent d'être sous-représentées au Parlement. Les négociations sur ce texte, entamées en 2008, ont longtemps buté sur le tracé des provinces, paralysant la scène politique pendant presqu'une décennie.

(AFP)

Votre opinion