Vaud - La police va faire la chasse aux voitures trop bruyantes
Publié

VaudLa police va faire la chasse aux voitures trop bruyantes

Le Service des automobiles a annoncé qu’il allait plus collaborer avec les forces de l’ordre pour lutter contre le bruit routier. Il y aura davantage de contrôles dans le canton et les véhicules de certains contrevenants pourront être saisis immédiatement.

Les contrôles vont être intensifiés sur les routes vaudoises.

Les contrôles vont être intensifiés sur les routes vaudoises.

Police cantonale vaudoise

Le Canton de Vaud veut réduire les nuisances sonores de la circulation routière, notamment en lien avec des modifications techniques non conformes apportées aux véhicules. Le Service des automobiles et de la navigation (SAN) va donc, dès à présent, intensifier sa collaboration avec la police.

Des contrôles routiers plus fréquents vont s’ajouter à un important renforcement des mesures administratives prises à l’encontre des contrevenants. Les sanctions iront jusqu’à la saisie immédiate du véhicule et à la destruction des pièces non homologuées.

Les pics de bruit excessif provoqués par des engins motorisés sont à l’origine de nombreux dérangements, voire de plaintes, selon le communiqué du SAN. Ces émissions sont souvent dues à des comportements inadaptés des conducteurs et conductrices ou à des modifications techniques inadéquates apportées aux véhicules.

Contrôles renforcés

Afin de réduire ces pratiques, le plus souvent illégales, l’État renforce son dispositif de contrôle sur le territoire cantonal tout entier, ainsi que les sanctions prévues en cas d’infraction. Travaillant déjà en commun lors de contrôles routiers, les polices vaudoises et le SAN vont accroître leur présence sur le terrain, aussi bien en zones urbaines et suburbaines qu’en secteurs de campagne ou en montagne.

Face à un cas avéré de non-respect du cadre légal, le SAN pourra sanctionner directement la personne concernée en procédant à un retrait du permis de circulation du véhicule. Selon les cas, l’engin motorisé pourra être saisi sur le champ afin qu’il puisse être examiné. S’il devait être équipé de composants non homologués, ceux-ci seront démontés et détruits aux frais de leur propriétaire.

(comm/cbx)

Votre opinion