Crise migratoire – La Pologne accuse Minsk d’organiser une «attaque» de migrants
Publié

Crise migratoireLa Pologne accuse Minsk d’organiser une «attaque» de migrants

La Biélorussie aurait orchestré une tentative d’entrée massive de migrants sur son territoire, dans la nuit de mercredi à jeudi, dénonce Varsovie. Une centaine d’entre eux ont été arrêtés.

La frontière de Bruzgi-Kuznica, entre la Biélorussie et la Pologne.  

La frontière de Bruzgi-Kuznica, entre la Biélorussie et la Pologne.

AFP

Les forces de sécurité polonaises ont arrêté une centaine de migrants alors qu’ils tentaient de franchir la frontière avec la Biélorussie, dans la nuit de mercredi à jeudi, Varsovie accusant Minsk d’avoir orchestré cette tentative.

«Un groupe d’environ cent migrants a été arrêté par les services polonais», a indiqué le Ministère de la défense polonais, accusant les Biélorusses d’avoir «forcé les migrants à jeter des pierres sur les soldats polonais, afin de détourner leur attention».

Une vidéo diffusée par le Ministère de la défense montre des soldats polonais entourant un groupe important de migrants accroupis par terre, la nuit, dans une forêt près d’une barrière de fils de fer barbelés. «L’attaque d’hier (mercredi) a été menée par des forces spéciales de Biélorussie», a accusé une nouvelle fois le Ministère de la défense polonais.

Ce nouvel incident intervient alors qu’un avion a décollé jeudi de Minsk pour Bagdad avec à son bord des migrants qui s’étaient retrouvés bloqués à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, a indiqué l’aéroport de la capitale biélorusse. Au total, 431 personnes se trouvent à bord de cet appareil de la compagnie Iraqi Airways, selon un représentant de la diplomatie irakienne cité par l’agence Interfax.

Massés à la frontière par des températures glaciales

Quelques milliers de migrants, originaires principalement du Moyen-Orient, campent depuis des jours par des températures glaciales le long de la frontière polonaise, du côté de la Biélorussie, dans l’espoir de pouvoir entrer dans l’Union européenne. L’Occident accuse Minsk d’avoir orchestré depuis l’été cet afflux, en réponse à des sanctions occidentales contre la Biélorussie, après la répression en 2020 d’un mouvement d’opposition historique.

(AFP)

Votre opinion