Suisse : La population en faveur d’une ouverture des restos à la mi-mars
Publié

Suisse La population en faveur d’une ouverture des restos à la mi-mars

Selon un sondage commandité par GastroSuisse, un peu plus de la moitié des personnes interrogées souhaitent pouvoir se rendre au restaurant dans le courant du mois.

par
lgb/comm.
Selon une enquête de GastroSuisse, la population veut la réouverture des restaurants en mars. 

Selon une enquête de GastroSuisse, la population veut la réouverture des restaurants en mars.

Urs Jaudas

Pouvoir à nouveau savourer un repas au restaurant dès la mi-mars, et ce, quelle que soit la situation épidémiologique en Suisse? C’est ce que souhaite une courte majorité de la population, selon une enquête d’opinion représentative commanditée par GastroSuisse. La faîtière exige donc du Conseil fédéral qu’il lève les restrictions pesant sur la branche.

51,5% des sondés

Réalisé par AmPuls Markt Research, le sondage s’est déroulé du 5 au 8 mars sur un panel de 1003 personnes. La réouverture dans tous les cas des restaurants à la mi-mars remporte ainsi l’adhésion de 51,5% des sondés. Un autre 36% est pour une ouverture dans le courant du mois si le nombre de cas n'augmente pas, tandis que 14% des personnes interrogées considèrent à l’inverse que la fermeture des restaurants est une mesure idéale pour lutter contre le coronavirus. «Un message clair au Conseil fédéral», selon le président de GastroSuisse Casimir Platzer.

L’enquête d’opinion a également révélé qu’une grande majorité des sondés (80%) se sentent en sécurité dans les restaurants malgré le coronavirus. Une preuve que «le plan de protection fonctionne», pour le président de GastroSuisse. Quant à la question de l’indemnisation financière des établissements fermés, plus de 90% des répondants soutiennent une telle mesure.

«Situation dramatique»

«La situation est dramatique dans l'hôtellerie-restauration», rappelle Casimir Platzer. «Un quart des établissements continue de lutter pour sa simple survie. Si les contributions à fonds perdus n'arrivent pas tout de suite, ceux-ci devront également fermer leurs portes à jamais». GastroSuisse exige par conséquent avec force des améliorations dans les règles d'indemnisation des cas de rigueur.

Votre opinion

158 commentaires