28.11.2016 à 12:55

Corée du SudLa présidente Park ne veut pas s'expliquer

La présidente sud-coréenne - qui est convoquée par la justice pour s'expliquer sur l'affaire qui l'éclabousse - refuse de se rendre devant les juges.

1 / 51
L'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été condamnée vendredi en appel à 25 ans de prison pour corruption. (Vendredi 24 août 2018)

L'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été condamnée vendredi en appel à 25 ans de prison pour corruption. (Vendredi 24 août 2018)

AFP
Park Geun-hye a déposé devant la justice de son pays un document par lequel elle renonce à faire appel de sa condamnation. L'ancienne présidente a pris 24 ans de prison pour corruption. (16 avril 2018)

Park Geun-hye a déposé devant la justice de son pays un document par lequel elle renonce à faire appel de sa condamnation. L'ancienne présidente a pris 24 ans de prison pour corruption. (16 avril 2018)

Keystone
Park Geun-hye a été condamnée à 24 ans de prison. Elle a été reconnue coupable de corruption, abus de pouvoir et de coercition. (Vendredi 6 avril 2018)

Park Geun-hye a été condamnée à 24 ans de prison. Elle a été reconnue coupable de corruption, abus de pouvoir et de coercition. (Vendredi 6 avril 2018)

Keystone

La présidente sud-coréenne Park Geun-hye ne donnera pas suite à la demande de la justice de l'auditionner cette semaine dans le cadre d'une affaire de trafic d'influence, a déclaré lundi son avocat. De nombreuses voix la pressent de démissionner en raison de ce scandale.

Les procureurs avaient sollicité la coopération de la présidente et comptaient l'auditionner mardi au plus tard. Mais l'avocat de la présidente, Yoo Yeong-ha, a déclaré qu'étant donné la «situation très évolutive», elle avait peu de temps pour cela.

Une proche amie de la présidente est accusée de s'être immiscée dans les affaires de l'Etat. Au parlement, une dynamique s'est enclenchée pour tenter de destituer Park Geun-hye.

Grande manifestation

Samedi, 1,5 million de personnes ont tenu un rassemblement dans le centre de Séoul, pour presser Park Geun-hye de démissionner. C'est la plus grande manifestation jamais organisée dans le pays depuis le mouvement de démocratisation de 1987, selon les organisateurs.

Choi Soon-sil, amie de la présidente, et un ancien conseiller ont été inculpés dans le cadre de l'affaire de trafic d'influence. Park Geun-hye a présenté des excuses publiques pour cette affaire.

Les enquêteurs du ministère public veulent savoir si la cheffe de l'Etat a fait pression sur les patrons des grands conglomérats du pays, les «chaebols», pour lever des fonds pour deux fondations au centre de l'affaire de trafic d'influence.

Mme Choi est accusée d'avoir utilisé ses relations avec Park Geun-hye pour s'immiscer dans les affaires de l'Etat et exercer son influence dans le monde de la culture et du sport.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!