Publié

Interview«La presse people est courageuse car elle est en première ligne»

Laurence Pieau, la patronne de «Closer» se défend d'avoir fait exploser le couple présidentiel français.

par
Anne-Catherine Renaud
Après avoir travaillé au «Figaro Magazine», Laurence Pieau, cofonde «Public» en 2003, puis devient rédactrice en chef de «Closer» deux ans plus tard.

Après avoir travaillé au «Figaro Magazine», Laurence Pieau, cofonde «Public» en 2003, puis devient rédactrice en chef de «Closer» deux ans plus tard.

Jamie Wiseman/Daily Mail/REX/Dukas

C'est elle qui a allumé le feu en publiant les photos chocs de l'affaire François Hollande-Julie Gayet. Fière de son coup, Laurence Pieau, 47 ans, entend bien révéler les petits secrets qu'un microcosme parisien s'efforce de taire. Nous l'avons interviewée sur ses limites déontologiques et les raisons de la publication de ces photos qui ont bouleversé la République française, l'agenda politique de son président et passionné le monde entier.

«Nous avions les photos qui prouvaient la rumeur»

«Je n'ai pas hésité à publier les photos, nous explique Laurence Pieau. La rumeur était sur la place publique. Elle courait dans les dîners en ville, à Paris. Même les journalistes politiques le savaient. Je m'en réfère au «Grand Journal» sur Canal Plus en décembre dernier, quand Stéphane Guillon a ironisé, en présence de Julie Gayet, sur le film qu'ils tournaient ensemble: «François Hollande est venu sur le plateau: il aime beaucoup le film, contrairement à Valérie Trierweiler.» Julie Gayet a pouffé, mais elle n'a rien démenti. Nous l'avons suivie et pris les photos qui prouvaient la rumeur, donc on les publie.»

Pour en savoir plus, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel.

Votre opinion