27.12.2018 à 13:13

EmiratsLa princesse de Dubaï Latifa est «perturbée»

La fille du souverain ben Rached al-Maktoum voulait s'enfuir en mars en raison de mauvais traitements infligés par son père. Elle serait bien traitée, selon une ex-commissaire de l'ONU.

La princesse Cheikha Latifa dans une vidéo de Youtube en mars dernier.

La princesse Cheikha Latifa dans une vidéo de Youtube en mars dernier.

dr

La princesse de Dubaï qui avait tenté de fuir les Émirats arabes unis en mars dernier est «perturbée», mais bien traitée par sa famille proche, a déclaré jeudi l'ancienne commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme Mary Robinson.

La princesse Cheikha Latifa, fille du souverain de Dubaï Mohammed ben Rached al-Maktoum, avait annoncé son intention de s'enfuir du pays dans une vidéo publiée sur YouTube en mars, en raison de mauvais traitements que lui aurait infligés son père. Elle avait par la suite été retrouvée à bord d'un voilier au large des côtes indiennes, puis ramenée à Dubaï en avril.

«Il s'agit d'une jeune femme perturbée, affectée par un sérieux problème de santé et suivie en psychiatrie, ils (sa famille, ndlr) ne veulent pas plus de publicité», a déclaré sur la BBC Mary Robinson, également ancienne présidente irlandaise.

Mme Robinson avait rencontré la princesse le 15 décembre dernier pour aider la famille à résoudre un «dilemme familial». Cette rencontre avait eu lieu alors que la situation de la princesse émiratie suscitait l'inquiétude d'organisations de défense des droits de l'Homme, qui appelaient le gouvernement de Dubaï à donner des informations sur son sort. Des photos de la rencontre avaient été publiées le 24 décembre par Dubaï.

Lors d'un déjeuner à cette occasion, Mary Robinson a pu constater que la princesse était bien traitée par ses proches, dont la princesse Haya, épouse de l'émir de Dubaï. «Je crois que c'est une situation très compliquée, je comprends les inquiétudes. (...) Il s'agit d'une affaire de famille et elle jouit maintenant de soins aimants», a assuré Mary Robinson.

L'ancienne présidente irlandaise a aussi affirmé avoir rassuré divers défenseurs des droits de l'Homme sur la situation de la princesse, dont la haute commissaire aux droits de l'Homme des Nations Unies, Michelle Bachelet, et Ken Roth, directeur de l'organisation Human Rights Watch.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!