France: La prison de Salah Abdeslam craint un suicide
Publié

FranceLa prison de Salah Abdeslam craint un suicide

Les conditions de détention du seul membre encore en vie des commandos djihadistes des attentats du 13 novembre à Paris ont été légèrement assouplies.

1 / 33
Les conditions de détention extrêmement rigoureuses de Salah Abdeslam ont été assouplies, l'établissement pénitentiaire craignant pour sa santé. (Vendredi 15 septembre 2017)

Les conditions de détention extrêmement rigoureuses de Salah Abdeslam ont été assouplies, l'établissement pénitentiaire craignant pour sa santé. (Vendredi 15 septembre 2017)

AFP
«Je demande à mon frère de s'exprimer», a déclaré Mohamed Abdeslam au micro de RTL. «Lors de mes visites en Belgique, j'ai vraiment eu un Salah Abdeslam qui était prêt à s'exprimer. (...) Quelques mois après, c'est une autre personne que j'ai en face de moi, a-t-il ajouté. (17 octobre 2016)

«Je demande à mon frère de s'exprimer», a déclaré Mohamed Abdeslam au micro de RTL. «Lors de mes visites en Belgique, j'ai vraiment eu un Salah Abdeslam qui était prêt à s'exprimer. (...) Quelques mois après, c'est une autre personne que j'ai en face de moi, a-t-il ajouté. (17 octobre 2016)

AFP
Un proche suspecté d'avoir aidé Salah Abdeslam (photo) dans sa fuite après les attentats du 13 novembre à Paris, a été remis mercredi aux autorités françaises. (30 juin 2016)

Un proche suspecté d'avoir aidé Salah Abdeslam (photo) dans sa fuite après les attentats du 13 novembre à Paris, a été remis mercredi aux autorités françaises. (30 juin 2016)

Keystone

Les conditions de détention extrêmement rigoureuses de Salah Abdeslam ont été légèrement assouplies, a annoncé vendredi la ministre de la Justice.

«Craintes pour sa santé»

Nicole Belloubet a indiqué que cet assouplissement avait été accordé en raison de «craintes pour sa santé» mais jugé que «allègement (était) un mot un peu excessif» pour décrire les nouvelles conditions de détention.

Il s'agit en particulier de permettre un dialogue «un peu plus souple» avec un avocat, a-t-elle ajouté.

En mai, la vitre qui séparait Salah Abdeslam de ses visiteurs lors des parloirs à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (région parisienne) a été retirée, a dit une source de l'administration pénitentiaire.

Cette source a ajouté que la vitre en plexiglas qui bloquait jusqu'ici la fenêtre de sa cellule serait enlevée prochainement.

«Tout cela est possible parce qu'il est surveillé 24 heures sur 24» et parce que «son comportement est conforme aux standards de la détention», a ajouté cette source.

Isolement depuis avril 2016

Mis en examen pour assassinats terroristes et suspect-clé des attentats parisiens qui ont fait 130 morts, Salah Abdeslam, 28 ans, est détenu à l'isolement depuis la fin avril 2016, et placé sous vidéosurveillance 24h/24.

Un détenu placé à l'isolement - à ne pas confondre avec le «mitard», qui est une mesure disciplinaire - est seul en cellule, et généralement coupé des autres détenus.

Selon les termes de la loi, il «conserve ses droits à l'information, aux visites, à la correspondance écrite et téléphonique, à l'exercice du culte», notamment. Salah Abdeslam a aussi droit à des promenades, toujours seul.

Selon le journal Le Parisien, les surveillants pénitentiaires ont décelé depuis plusieurs mois «paranoïa» et «prostration» de la part du détenu le plus surveillé de France, faisant redouter une tentative de suicide.

(AFP)

Votre opinion