C02: La qualité de l'air s'est détériorée en Suisse
Publié

C02La qualité de l'air s'est détériorée en Suisse

Les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté en 2016 par rapport à l'année précédente.

par
Communiqué / K.A.
1 / 5
Les émissions de gaz à effet de serre en Suisse se sont élevées à 48,3 millions de tonnes d'équivalents CO2 en 2016, soit 0,4 million de tonnes de plus qu'en 2015. Une hausse résultant principalement des basses températures pendant la période de chauffage et, partant, d'une consommation d'énergie plus élevé.

Les émissions de gaz à effet de serre en Suisse se sont élevées à 48,3 millions de tonnes d'équivalents CO2 en 2016, soit 0,4 million de tonnes de plus qu'en 2015. Une hausse résultant principalement des basses températures pendant la période de chauffage et, partant, d'une consommation d'énergie plus élevé.

Keystone
Jusqu'en 2008, les émissions de ce secteur ont augmenté de 13 % par rapport à 1990. Depuis, elles diminuent grâce à la réduction des émissions de CO2 par kilomètre parcouru, cependant contrebalancée en grande partie par l'augmentation du nombre de kilomètres effectués. En 2016, les émissions liées aux transports représentaient 15,3 millions de tonnes d'éq.-CO2, soit 3 % de plus par rapport à 1990. Elles ont baissé de 1 % par rapport à l'année précédente. L'adjonction de biocarburant aux carburants fossiles a considérablement augmenté ces dernières années, atteignant une part d'environ 1,5 % en 2016.

Jusqu'en 2008, les émissions de ce secteur ont augmenté de 13 % par rapport à 1990. Depuis, elles diminuent grâce à la réduction des émissions de CO2 par kilomètre parcouru, cependant contrebalancée en grande partie par l'augmentation du nombre de kilomètres effectués. En 2016, les émissions liées aux transports représentaient 15,3 millions de tonnes d'éq.-CO2, soit 3 % de plus par rapport à 1990. Elles ont baissé de 1 % par rapport à l'année précédente. L'adjonction de biocarburant aux carburants fossiles a considérablement augmenté ces dernières années, atteignant une part d'environ 1,5 % en 2016.

iStock
Les émissions de GES du secteur des bâtiments se sont montées en 2016 à 13,2 millions de tonnes d'équivalent CO2 (éq.-CO2), soit une diminution de 23 % par rapport à 1990. Les émissions des bâtiments affichent une tendance à la baisse depuis 2005. Elles sont toutefois sujettes à de fortes fluctuations annuelles liées aux conditions météorologiques hivernales qui déterminent les besoins en chauffage. Ces variations sont le signe que ce secteur dépend encore beaucoup des combustibles fossiles. En 2016, les émissions de gaz à effet de serre générées par le secteur des bâtiments ont ainsi augmenté de 3,6 % par rapport à 2015 en raison de l'hiver rigoureux. Elles demeurent néanmoins en deçà de l'objectif intermédiaire de - 22 % pour 2015. Après correction climatique, les émissions des bâtiments mesurées en 2016 sont inférieures à celles enregistrées en 2015.

Les émissions de GES du secteur des bâtiments se sont montées en 2016 à 13,2 millions de tonnes d'équivalent CO2 (éq.-CO2), soit une diminution de 23 % par rapport à 1990. Les émissions des bâtiments affichent une tendance à la baisse depuis 2005. Elles sont toutefois sujettes à de fortes fluctuations annuelles liées aux conditions météorologiques hivernales qui déterminent les besoins en chauffage. Ces variations sont le signe que ce secteur dépend encore beaucoup des combustibles fossiles. En 2016, les émissions de gaz à effet de serre générées par le secteur des bâtiments ont ainsi augmenté de 3,6 % par rapport à 2015 en raison de l'hiver rigoureux. Elles demeurent néanmoins en deçà de l'objectif intermédiaire de - 22 % pour 2015. Après correction climatique, les émissions des bâtiments mesurées en 2016 sont inférieures à celles enregistrées en 2015.

iStock

Selon l’inventaire de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), les émissions de gaz à effet de serre en Suisse se sont élevées à 48,3 millions de tonnes d’équivalents CO2 en 2016, soit 0,4 million de tonnes de plus qu’en 2015.

Cette augmentation résulte principalement des basses températures pendant la période de chauffage et, partant, d’une consommation d’énergie plus élevée.

Cet inventaire national (lire ci-contre) constitue pour la Confédération un élément déterminant pour contrôler si la Suisse est sur la bonne voie.

Dans le cadre de la loi sur le CO2 (lire ci-contre), les réductions des émissions doivent être réalisées en Suisse. Alors que dans le cadre du Protocole de Kyoto (lire ci-contre), les certificats de réduction des émissions acquis à l'étranger peuvent être pris en compte.

Evolution des émissions totales de gaz à effet de serre depuis 1990, y compris la valeur cible pour 2020 selon la loi sur le CO2. Les valeurs correspondent aux émissions brutes sans tenir compte des certificats de réduction des émissions acquis à l’étranger et du bilan carbone des forêts. Les données se basent sur l’inventaire des gaz à effet de serre d‘avril 2018.

Que recense l'inventaire des gaz à effet de serre?

Il recense aussi bien les émissions de CO2 dues à l'utilisation des énergies fossiles que les émissions de tous les autres gaz à effet de serre. Cela concerne en particulier les émissions de CO2 des procédés industriels et de l'incinération des déchets, mais aussi les émissions d'autres gaz à effet de serre (méthane, protoxyde d'azote, gaz synthétiques) provenant de diverses sources. En outre, l'inventaire des gaz à effet de serre recense le bilan des gas à effet de serre des forêts.

Protocole de Kyoto

Réduction des émissions globales de tous les gaz à effet de serre de 15,8% en moyenne par rapport à 1990, sur la période 2013-2020

Loi sur le CO2

Réduction des émissions globales de tous les gaz à effet de serre de 20% par rapport à 1990 pour l'année 2020

Votre opinion