Publié

PollutionLa quantité de mercure déversée à Viège serait sous-évaluée

La quantité de mercure déversée entre 1930 et 1970 dans un canal par l'entreprise chimique Lonza à Viège (VS) serait sept à neuf fois plus importante que celle annoncée. Lonza ne partage pas cet avis et maintient sa position.

Le site actuel de Lonza à Viège (VS).

Le site actuel de Lonza à Viège (VS).

ARCHIVES, Keystone

Ce ne sont pas 28 tonnes de mercure qui auraient été déversées entre 1930 et 1970 dans le canal d'évacuation «Grossgrundkanal» par l'entreprise chimique Lonza à Viège, mais 200 à 250 tonnes. C'est ce qu'estime l'association des Médecins en faveur de l'environnement (MfE) dans un communiqué diffusé mercredi.

Pour avancer ces chiffres, MfE dit se baser sur une estimation faite par un chimiste employé dans les années 1950 par Lonza. L'association s'appuie également sur deux documents internes de l'entreprise qu'elle a publiés sur son site internet.

Selon le chimiste, Lonza aurait déversé plus de neuf tonnes de mercure seulement pour l'année 1964. L'ancien collaborateur met en doute le chiffre de 4,5 tonnes de mercure qui seraient aujourd'hui présentes dans le canal et les sols voisins. Selon, lui, les quantités seraient en fait «nettement supérieures».

Pour MfE, Lonza doit agir rapidement. Elle doit donner accès à tous les documents sur sa production à l'aide de mercure et révéler la quantité exacte de mercure déversée dans l'environnement entre 1930 et 1970. L'entreprise doit aussi financer des «études indépendantes» ainsi que«l'élimination complète et l'assainissement des sols et du canal contaminés».

Lonza garde sa position

«Selon l'état actuel des connaissances, nous ne pouvons pas partager les estimations avancées par MfE», a indiqué mercredi à l'ats Renzo Cicillini, porte-parle de Lonza. L'entreprise rappelle que les investigations historiques ont estimé que 28 tonnes de mercure ont été déversées dans le canal de 1917 à 1970 environ.

Elle précise que subsistent encore actuellement 4,5 tonnes de mercure sur le site industriel de la Lonza et dans le canal. L'important pour l'entreprise aujourd'hui est d'assainir les parcelles les plus contaminées et de «trouver des solutions constructives» au problème, en collaboration avec le canton et les communes.

(ats)

Votre opinion