23.10.2020 à 17:35

Hockey sur glaceLa quarantaine du HC Lugano n’en était pas une

Durant les dix jours passés en «isolement», les bianconeri ont été autorisés à s’entraîner cinq fois ensemble à la Cornèr Arena.

von
Emmanuel Favre
L’entraîneur du HC Lugano Serge Pelletier a pu réunir à cinq reprises ses joueurs lors des dix jours de quarantaine.

L’entraîneur du HC Lugano Serge Pelletier a pu réunir à cinq reprises ses joueurs lors des dix jours de quarantaine.

Keystone (archives)

Placés en quarantaine le 13 octobre par le médecin du Canton du Tessin, les joueurs, entraîneurs et membres du staff du HC Lugano retrouveront l’action vendredi soir. Les bianconeri livreront leur cinquième match de la saison 2020-2021 du championnat de National League et feront face au HC Davos.

Pour mémoire, le médecin du Canton du Tessin avait isolé le personnel du HC Lugano lorsque l’attaquant Alessio Bertaggia avait été testé positif au Covid-19. Deux jours plus tard, après une nouvelle batterie de tests, il s’était avéré que deux autres joueurs avaient été contaminés: le gardien Sandro Zurkirchen et l’attaquant Tim Traber.

Sous la supervision du médecin cantonal

La quarantaine du HC Lugano n’a cependant pas été une quarantaine dans le sens strict de l’appellation. Après trois jours de confinement, les Tessinois du Sud dont le test avait été négatif ont été autorisés à s’entraîner à la Cornèr Arena. «Dans la mesure où les autres secteurs d’activité n’ont pas droit à cette souplesse, cela a suscité pas mal de débats ici, au Tessin», explique l’entraîneur Serge Pelletier. Le Montréalais insiste: «Mais attention, nos activités ont été supervisées par le médecin cantonal.»

«Des employés du secteur administratif nous ont déposé de quoi remplir le frigo sur nos pas de portes»

Serge Pelletier, entraîneur du HC Lugano

Concrètement, les Luganais ont vécu dans trois bulles: leur domicile, leur voiture et la patinoire. «Il n’y a eu aucun contact avec le monde extérieur, reprend Pelletier. Des employés du secteur administratif du club, qui eux n’étaient pas confinés, nous ont déposé de quoi remplir le frigo sur nos pas de portes.»

Les joueurs et les entraîneurs ont dû voyager seuls entre leur lieu d’habitation et la patinoire, en arborant un masque de protection. «Au stade, enchaîne Pelletier, les gars ont été répartis dans trois vestiaires, ce qui a limité les contacts. En plus de porter le masque dans cet environnement, ils n’ont pas pu se retrouver à plus de quatre dans le secteur des douches.»

La salle de force fermée

S’ils ont pu s’entraîner collectivement à cinq reprises depuis samedi dernier, les Luganais n’ont cependant pas obtenu la permission de se rendre en salle de force.

Est-ce à dire qu’ils sauteront sur la glace avec un déficit physique par rapport à leurs adversaires qui n’ont pas dû gérer ce type de contraintes et qui sont demeurés dans le rythme de la compétition? «A nous de compenser ces manques en transformant la frustration en énergie positive», tente de s’en convaincre Serge Pelletier.

Au classement de National League, Lugano pointe au septième rang (quatre matches, six points). Il a disputé quatre parties de moins que le leader, les Zurich Lions (quinze points).

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
4 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Rko

23.10.2020 à 19:31

La dictature continue et s’amplifie, pour protéger qui, quoi? Le gouvernement va en payer le prix, les prochaines élections risquent d’être pleines de surprises... France 2019, 74000 morts de la grippe saisonnière. France 2020, 34000 morts grippe saisonnière et coronavirus, certes année non terminée. Quel est le problème? Tellement absurde...

naturopathe

23.10.2020 à 18:37

Le virus chinois est de la même famille que celui du rhum et de l'angine. Si on a l'un ou l'autre, on est positif à tous les tests.

Mais quelle absurdité

23.10.2020 à 17:54

C'est sûr, c'est au moins aussi essentiel qu'un chirugien cardiaque de patiner après une rondelle. Un jour on fera les comptes de l'attitude des sports populaires face à l'Histoire.