Football - On a tenté de contourner le huis clos de la Nati
Publié

FootballOn a tenté de contourner le huis clos de la Nati

Tous les coaches aiment travailler à huis clos pour garder leurs petits secrets. En plus, une pandémie est passée par-là. Mais on a tout de même essayé de braver les interdits, avant le match contre le Liechtenstein.

par
Robin Carrel
(Bad Ragaz)
Le tas de caillou providentiel.

Le tas de caillou providentiel.

Le suspense est intense, avant le match de jeudi contre le Liechtenstein. Vladimir Petkovic alignera-t-il un 3-4-1-2 comme en début de match contre les États-Unis, ou plutôt un 3-5-2 des familles avec trois joueurs dans l'axe de l'entrejeu? Est-ce que le «Mister» va essayer autre chose contre la Principauté, histoire d'avoir d'autres cartes à abattre pendant l'Euro?

Pour répondre à ces interrogations qui hantent plus d'un suiveur de la Nati, on est allé à Bad Ragaz pour essayer d'en apprendre un peu plus sur les intentions du coach tessinois. On n'avait pas énormément d'illusions, car dans ce genre de cas, l'ASF sait très bien tendre des bâches pour empêcher les curieux dans notre genre... Alors on a essayé de contourner tout ça, avec casquette, lunettes de soleil, masque, maillot de la collection «OM Africa» qui fait presque camouflage.

Déjà, il ne faut pas se tromper de stade, en arrivant dans la cité saint-galloise, très prisée des marcheurs alémaniques d'un certain âge. Si vous allez au Giessenpark, à côté de la piscine, vous aurez l'air aussi bête que moi. Mais comme les joueurs et le staff ont pour coutume d'aller s'entraîner à vélo, vous n'avez qu'à prendre leur sillage pour trouver le Ri-Au. Rien à voir avec le football samba.

La maison officielle d’Heidi.

La maison officielle d’Heidi.

Les prés d'entraînement repérés, on s'est dit qu'il faudrait trouver un endroit en altitude pour avoir une vue plongeante, afin d'apprécier les étirements de Xherdan Shaqiri ou les parades de Yann Sommer. Ça semblait possible, tout en joignant l'utile à l'agréable en passant par le vrai village d'Heidi en personne, dans les hauts de Maienfeld, de l'autre côté du Rhin.

L'idée n'était pas si mauvaise que ça, même si elle n'a pas été concluante. Quelques centaines de mètres après la maison du mythique personnage de livres, on a trouvé un escalier en fer montant dans les arbres. C'était sûr, ça allait le faire depuis là-haut. Sauf qu'il y avait du vent, que la structure n'était pas très stable et que j'ai le vertige... En prime, la frondaison empêchait de voir plus loin que quelques mètres.

Attention au vertige…

Attention au vertige…

C'est plus loin, entre deux vaches à poils longs, qu'on a vu un premier coin de terrain d'entraînement, peu avant le charmant village de Fläsch. Bon, même avec le super zoom du téléphone qui fait fois dix, impossible d'y distinguer qui de Silvan Widmer ou Kevin Mbabu allait occuper le flanc droit de l'équipe de Suisse. Il a fallu se rapprocher.

Oh, là-bas! Un bout de terrain!

Oh, là-bas! Un bout de terrain!

On a donc franchi à nouveau le Rhin, pour aller rôder autour du stade Ri-Au et c'était de nouveau une bien belle idée. Depuis les rives du fleuve, on pouvait facilement distinguer un coin de pré et une pelouse parfaite. Sauf que, bien entendu, ce n'était pas sur ce terrain que Granit Xhaka et compagnie allaient s'ébattre cet après-midi-là.

Pas mal, mais ce n’était pas le bon terrain.

Pas mal, mais ce n’était pas le bon terrain.

Comme ce n'est pas notre genre d'abandonner, on a longé une forêt touffue pour tenter d'apercevoir quelque chose. Là, on est tombé sur une sorte de cimenterie géante, avec plein de poussière et des gros camions qui allaient et venaient. Mais c'était surtout les immenses tas de cailloux de partout qui nous intéressaient. Depuis le sommet de l'un d'entre eux, on devrait avoir une belle vue...

Bingo! Après s'en être mis plein les chaussettes et une ou deux chutes qui ont bien fait rire des employés de l'entreprise en train de s'envoyer le combo Heineken/Marlboro Rouge, la vue est dégagée. Et là, surprise! La Suisse s'entraînait en 4-4-2 en losange, Vladimir Petkovic ayant choisi de renforcer son milieu plutôt que sa défense, afin de pouvoir aligner son trio magique Freuler-Xhaka-Zakaria, en soutien de Shaqiri en No 10.

Bingo!

Bingo!

Non, je vous mène en bateau. Je ne vais quand même pas dévoiler les plans du sélectionneur national et ainsi donner des cartouches à l'encadrement du Liechtenstein, de l'Italie, du Pays de Galles ou de la Turquie! On est journaliste, oui, mais quand même patriote, que diable!

Votre opinion