Publié

Saint-ValentinLa recette de leur bonheur

La fête des amoureux reste un rendez-vous important pour plusieurs personnalités en Suisse. Tour d'horizon de cœurs tout feu tout flamme.

Catherine Hürschler
par
Catherine Hürschler
1 / 1
«Je trouverai les bons mots pour elle au bon moment, j'en suis certain» «C'est une fête charmante, je ferai certainement quelque chose, mais je déciderai dans l'urgence. Je suis quelqu'un de romantique. Le plus beau cadeau? Je lui ai offert une voiture pour remplacer la sienne. L'effet de surprise a été parfait ce jour-là!». Alain Morisod et Mady Rudaz

«Je trouverai les bons mots pour elle au bon moment, j'en suis certain» «C'est une fête charmante, je ferai certainement quelque chose, mais je déciderai dans l'urgence. Je suis quelqu'un de romantique. Le plus beau cadeau? Je lui ai offert une voiture pour remplacer la sienne. L'effet de surprise a été parfait ce jour-là!». Alain Morisod et Mady Rudaz

Keystone

Pour le chef Benoît Violier, patron depuis avril 2012 du Restaurant de l'Hôtel de Ville de Crissier (VD), cette journée aura une saveur particulière: «C'est la première Saint-Valentin depuis treize ans où Brigitte et moi allons travailler ensemble. Mais j'ai tout prévu pour lui faire plaisir: j'ai commandé un gros bouquet de roses rouges et je lui préparerai ce dimanche un repas à base de crustacés quand nous nous retrouverons en famille, avec notre fils. Nous avons toujours célébré la Saint-Valentin, ce n'est pas très grave s'il y a un ou deux jours de décalage.»

De par son métier, Benoît Violier est évidemment un homme de goût qui prête beaucoup d'attention à cette fête des amoureux, mais il n'en demeure pas moins un mari imaginatif le reste de l'année. «J'aime bien préparer des petites surprises pour Brigitte, comme un voyage ou un séjour dans un bel hôtel», confie-t-il. Dans ce restaurant qu'il connaît bien pour y avoir travaillé longtemps sous les ordres de Philippe Rochat, Benoît Violier se réjouit de vivre pleinement cette journée: «Personnellement, c'est une date que j'aime bien. En cuisine, on va mettre de la rondeur dans les plats du menu spécial Saint-Valentin. En fin de semaine dernière, on a retravaillé le dessert à base de chocolat et mandarine pour avoir quelque chose de très doux. Je ne sais pas, peut-être qu'il y aura des demandes en mariage dans la salle… C'est une situation que je n'ai pas encore vécue ici. Mais dans le passé, dans un autre établissement où je travaillais, un homme est venu manger avec sa maîtresse et sa femme est arrivée au début du service. C'était comme dans les films, elle a démonté quelques tables et tiré la nappe», sourit Benoît Violier.

Une surprise pour lui

Pour respecter la tradition du mot doux, quel message souhaite-t-il adresser à la femme de sa vie? «Chérie, la journée va être difficile.» En effet, le restaurant gastronomique affiche complet depuis de longues semaines. «Nous avons encore reçu des appels cette semaine, les gens comptent sur d'éventuels désistements mais c'est peine perdue car nous avons une liste d'attente très fournie», continue Brigitte Violier, sereine dans son rôle de patronne. Tout aussi bien organisée que son époux, sa surprise pour la Saint-Valentin n'attend plus que le bon moment pour être servie. Longue vie aux amoureux!

Ton opinion