Publié

ReligionLa recette du pape François

Le souverain pontife a été de tous les combats en 2014, séduisant bien au-delà de la communauté catholique. Décryptage.

par
Cléa Favre
«François développe un langage peu marqué confessionnellement», explique Christian Grosse, professeur d’histoire et d’anthropologie des christianismes modernes à l’Université de Lausanne.

«François développe un langage peu marqué confessionnellement», explique Christian Grosse, professeur d’histoire et d’anthropologie des christianismes modernes à l’Université de Lausanne.

Après avoir présidé la messe hier soir à la basilique Saint-Pierre, le pape François doit donner sa bénédiction urbi et orbi aujourd’hui à midi. Un programme conventionnel pour une personnalité qui l’est moins. L’évêque de Rome est en effet omniprésent depuis son élection en mars 2013. Et partout, il séduit. Christian Grosse, professeur ordinaire d’histoire et d’anthropologie des christianismes modernes à l’Université de Lausanne, décrypte cette popularité désormais bien assise.

Votre opinion