Publié

GenèveLa relève rivalise d'ingéniosité au Salon du chocolat

Les apprentis se sont lancés dans un concours qui débouchera pour le vainqueur sur une journée de formation avec une star de la fève

par
Feriel Mestiri Matin Dimanche

«Ma mère est pâtissière. C'est elle qui m'a donné envie de connaître le métier.» A 22 ans, le portugais Jorge Cardoso termine son apprentissage à la chocolaterie fribourgeoise Suard. Cuisinier de formation, il voulait se diriger vers un peu plus de douceur… «Le toucher du chocolat me fait oublier tout le reste.» C'est sûr, «On est tous tombé amoureux du chocolat par le goût. Mais ensuite, c'est l'art qui a pris le dessus. C'est magique tout ce que l'on peut faire avec du chocolat!» confirme Sara Stock. La main tremblante, la jeune fille, arrivée de Slovénie il y a 5 ans, également en 3e année d'apprentissage, dépose délicatement la fleur sur son cacaotier en chocolat, sous l'œil pétillant de son maître d'apprentissage Joël Mérigonde. «C'est une perle!» s'exclame le chocolatier genevois.

Les deux apprentis n'ont eu que trente minutes pour monter leur œuvre. Mais Jorge Cardoso admet s'être préparés les deux semaines qui ont précédé le grand jour :. «J'ai travaillé tous les soirs jusqu'à minuit pour ce concours. C'est vraiment motivant!» Après son apprentissage, le chocolatier en herbe prévoit déjà ses prochains voyages «Je veux intégrer différentes cultures dans mes recettes». Par exemple en intégrant des épices à ses préparations.

Le lauréat du Jeune Espoir recevra son trophée dimanche et gagnera une journée de formation avec le célèbre Max Felchlin. En attendant, l'œil des visiteurs luit de gourmandise devant les plaques à déguster.

Votre opinion