Actualisé

Crash EgyptAirLa réparation de la 2e boîte noire a débuté

Les travaux pour rendre lisible la mémoire de la seconde boîte noire contenant les conversations ont commencé mardi.

1 / 58
L'hypothèse selon laquelle l'emballement thermique d'un iPhone ou d'un iPad aurait causé un incendie dans le cockpit de l'avion Egyptair qui s'est écrasé en mai 2016 est improbable, selon des experts. (Dimanche 19 mai 2019)

L'hypothèse selon laquelle l'emballement thermique d'un iPhone ou d'un iPad aurait causé un incendie dans le cockpit de l'avion Egyptair qui s'est écrasé en mai 2016 est improbable, selon des experts. (Dimanche 19 mai 2019)

Keystone
Le Bureau d'enquêtes et d'analyses français a annoncé privilégier l'hypothèse d'un incendie dans le poste de pilotage de l'avion d'EgyptAir qui s'est abîmé en mer en mai 2016, faisant 66 morts. (Vendredi 6 juillet 2018)

Le Bureau d'enquêtes et d'analyses français a annoncé privilégier l'hypothèse d'un incendie dans le poste de pilotage de l'avion d'EgyptAir qui s'est abîmé en mer en mai 2016, faisant 66 morts. (Vendredi 6 juillet 2018)

Keystone
L'Egypte va commencer à rendre les restes des corps des victimes du crash du MS804 d'EgyptAir. L'appareil avait disparu des radars le 19 mai. (Samedi 31 décembre 2016)

L'Egypte va commencer à rendre les restes des corps des victimes du crash du MS804 d'EgyptAir. L'appareil avait disparu des radars le 19 mai. (Samedi 31 décembre 2016)

La commission d'enquête égyptienne a annoncé lundi soir que le Flight Data Recorder (FDR), la boîte noire contenant l'enregistreur des paramètres de vol, a été «réparée avec succès» dès lundi, quelques heures après l'arrivée des deux enregistreurs au laboratoire du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) en France.

Si les opérations ont été rapides pour la première carte, on ignore combien de temps prendra l'intervention sur le deuxième enregistreur, le Cockpit Voice Recorder (CVR), selon le BEA. Un représentant du fabriquant des boîtes, Honeywell, quatre enquêteurs égyptiens et un représentant du NTSB, l'équivalent américain du BEA, sont présents au laboratoire français du Bourget, près de Paris, selon la même source.

Une méthode qui fonctionne

Une fois que les cartes auront été rendues lisibles, elles repartiront au Caire, où leurs données seront analysées. Le laboratoire du BEA applique une procédure qui avait déjà permis en 2011 de rendre lisibles les cartes mémoires du vol Air France Rio-Paris, récupérées après être restées immergées pendant près de deux ans. Les cartes mémoire avaient alors été placées dans une étuve et les composants endommagés avaient ensuite été débrasés.

Pour récupérer l'intégralité des données enregistrées, la méthode avait consisté à lire le contenu binaire de chaque composant mémoire à l'aide du lecteur mémoire du BEA. Les fichiers avaient été ensuite reconstruits à l'aide d'un logiciel développé par le BEA.

L'Airbus A320 reliant Paris au Caire s'est abîmé le 19 mai entre la Crète et la côte nord de l'Egypte après avoir soudainement disparu des écrans radar, pour des raisons encore indéterminées. Le crash a fait 66 morts, dont 40 Egyptiens et 15 Français. Cruciales pour déterminer les causes de la catastrophe, les deux boîtes noires de l'avion avaient finalement été repêchées mi-juin.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!