04.02.2012 à 23:18

Ras-le-bolLa résidence du président grec caillassée

Une trentaine de jeunes ont lancé des pierres samedi contre la résidence de Carolos Papoulias dans le centre d’Athènes. Ils ont provoqué de légers dégâts au bâtiment.

Les Grecs protestent contre les mesures d'austérité imposées par l'Union européenne et le FMI.

Les Grecs protestent contre les mesures d'austérité imposées par l'Union européenne et le FMI.

M. Papoulias, âgé de 82 ans, qui a été pendant de nombreuses années ministre des Affaires étrangères dans des gouvernements socialistes, est l’un des hommes politiques les plus respectés en Grèce.

Se plier à l'UE

Sa popularité a toutefois été sérieusement écornée après qu’il eut été accusé au cours des six derniers mois de se plier aux injonctions de l’Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI) pour la mise en œuvre d’un sévère plan d’austérité pour faire face à la crise de la dette.

Le Grèce mène, elle, actuellement de rudes négociations pour obtenir de ses créanciers publics l’effacement partiel de sa dette, mais elles sont conditionnées à un autre accord, qu’elle doit conclure avec ses créanciers publics (UE, Banque centrale européenne et FMI).

Négociations «sur le fil du rasoir»

Pour lui octroyer un nouveau prêt international de 130 milliards de dollars, ils exigent des partis représentés dans le gouvernement grec de coalition des engagements sur des mesures d’ajustement structurel, au-delà des élections générales anticipées prévues ce printemps.

Ce samedi après-midi, le ministre des Finances grec a qualifié les négociations en cours avec les créanciers comme étant «sur le fil du rasoir». «Nous sommes sur une ligne très étroite (...) "tout doit être bouclé d’ici demain soir», a déclaré le ministre Evangélos Vénizélos à la presse à Athènes, à l’issue d’un entretien avec ses pairs européens par téléphone.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!