09.01.2013 à 16:37

La responsable d'Helvetas interdite d’entrée au Laos

Expulsion

Anne-Sophie Gindroz, expulsée en décembre dernier du Laos pour ses propos critiques contre le gouvernement, ne pourra définitivement plus retourner dans ce pays, a annoncé mercredi l’organisation d’entraide suisse.

Anne-Sophie Gindroz.

Anne-Sophie Gindroz.

Helvetas / Meinrad Schade

L'organisation d'entraide recherche désormais une nouvelle mission pour sa collaboratrice.

«Mme Gindroz se trouve actuellement en Suisse avec sa famille, pour des vacances», a indiqué Matthias Herfeldt, porte-parole d’Helvetas.

Elle devrait regagner en fin de semaine la Thaïlande, pays où elle vit depuis son expulsion, a-t-il ajouté.

«Son mari et ses enfants retourneront au Laos, pour que la fille aînée puisse, selon son souhait, y terminer son cursus scolaire». Pour la suite, cela dépendra du prochain poste de la Romande de 45 ans, pour laquelle «nous cherchons actuellement une nouvelle mission», a poursuivi le porte-parole.

Concernant le bureau de Laos, c’est Maud Krafft, ancienne responsable au sein d’Helvetas et actuellement à la tête d’une agence de conseil, qui en assurera la direction intérimaire, «jusqu’à ce qu’une solution à long terme soit trouvée», a encore indiqué M. Herfeldt.

Lettre critique

Directrice des projets menés par Helvetas au Laos, Anne-Sophie Gindroz a été expulsée du pays le 9 décembre dernier. Les autorités l’accusent d’avoir tenu, dans une lettre adressée à des pays donateurs et diverses organisations, des propos contre le gouvernement.

Des extraits de cette missive avaient été publiés sur le site Internet de «Radio Free Asia».

La collaboratrice d’Helvetas y dénonçait «un pays dirigé par un régime à parti unique où il n’y a que peu de place pour un débat démocratique sensé».

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!