France: La retraitée retrouvée morte, le meurtrier a avoué

Actualisé

FranceLa retraitée retrouvée morte, le meurtrier a avoué

La découverte du corps de B., habitante d'Onex (GE) de 73 ans, disparue depuis février 2015, à Nantua, à 65 km de Genève, a poussé le suspect, détenu depuis deux ans, à avouer.

par
NXP
Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

AFP

Il y avait une disparue et un suspect. Il y a désormais un cadavre. Une dame de 73 ans résidant à Onex, dans la proche périphérie genevoise, avait disparu en février 2015 sans laisser de traces. Son voisin, un ouvrier portugais avait été arrêté peu après. Il est prévenu de meurtre, de vol et d'enlèvement et vient d'avouer, suite à la découverte «des restes humains» selon la terminologie du Ministère public genevois, être «à l'origine du décès de la victime». Des analyses d'ADN retrouvé sur le corps de la septuagénaire dans une forêt de Nantua, en France, avec le concours de la police française, étaient en cours, nous apprenait plus tôt cette après-midi la «Tribune de Genève».

Plusieurs éléments tangibles accablaient déjà ce suspect, détenu à Champ Dollon depuis la disparition. Le dernier signe de vie de B.? Un appel téléphonique à ce voisin, le 7 février 2015, peu après avoir retiré pas moins de 40'000 euros (presque 43'000 francs). Après sa disparition, d'autres retraits effectués avec la carte de la septuagénaire pour un montant totalisant 8000 francs, ont été réalisés par cet homme dont l'ADN avait par ailleurs été retrouvé dans l'appartement de B.

Enfin, la perquisition menée dans la maison du prévenu au Portugal avait déjà permis à la police de mettre la main sur les bijoux de famille de B., sur son porte-monnaie ou encore ses lunettes. Une ex-partenaire du suspect affirmait notamment avoir été victime d'une tentative de strangulation de sa part.

Il ne restait plus que ses aveux. C'est désormais chose faite.

Ton opinion