Publié

AllemagneLa réunion où Merkel a apaisé l'atmosphère

Les négociations pour former une coalition gouvernementale ont repris lundi après un week-end chargé.

Les négociateurs du bloc conservateur CDU-CSU d'Angela Merkel, des libéraux du FDP et des écologistes se parleront encore cette semaine.

Les négociateurs du bloc conservateur CDU-CSU d'Angela Merkel, des libéraux du FDP et des écologistes se parleront encore cette semaine.

Keystone

Les négociations à trois entre conservateurs de la CDU, libéraux du FDP et écologistes ont repris lundi sur de nouvelles bases. Elles ont lieu juste après une rencontre dimanche entre Angela Merkel et les dirigeants des deux formations auxquelles compte s'allier son parti pour former un gouvernement.

Horst Seehofer, chef de file de la CSU, l'aile bavaroise de la CDU, a expliqué que cette réunion à Berlin avait «changé l'atmosphère» des discussions. Ces dernières achoppaient la semaine passée sur les questions de l'immigration et de la lutte contre le réchauffement climatique.

«Nous devons et nous voulons établir un gouvernement stable. Pour ce faire, nous devons présenter un projet d'avenir substantiel», a déclaré le dirigeant conservateur, appelant les négociateurs à faire part de leurs divergences en privé et à refréner leurs commentaires publics. Katrin Göring-Eckardt, représentante des Verts lors de la réunion, a expliqué que celle-ci avait permis de ramener un certain calme. «Nous allons voir si cela a des effets sur les discussions de cette semaine.»

Peter Tauber, secrétaire général de la CDU, a reconnu que les commentaires en marge des négociations avaient perturbé le bon déroulement du processus, mais a estimé que l'atmosphère était «positive et constructive». «Ceux qui se trouvent autour de la table sont réellement déterminés à parvenir à un bon résultat pour le pays pour les quatre prochaines années et au-delà», a-t-il affirmé dans une vidéo publiée sur le site de la CDU.

Sujets plus consensuels

Quatre sessions de discussions sont prévues cette semaine. Elles seront consacrées à des sujets plus consensuels comme l'éducation, la numérisation, les retraites et les questions liées au travail et la sécurité intérieure.

Les trois formations conservent de fortes divergences de vue sur les sujets de la limitation des émissions de gaz à effet de serre, en réduisant la dépendance au charbon, et l'instauration d'un plafond migratoire après la crise des réfugiés en 2015 et 2016.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!