09.10.2013 à 19:21

Parlement européenLa révision du temps de vol des pilotes approuvée

Le vote des députés réunis à Strasbourg constitue une victoire pour le commissaire européen aux Transports, Siim Kallas, qui défendait ce dossier sensible opposant depuis des années, pilotes et compagnies aériennes.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

Le Parlement européen a approuvé mercredi une proposition de la Commission européenne sur les temps de travail des pilotes d'avion, incluant une réduction de la durée maximale de vol. Celle-ci est cependant jugée dangereuse par les intéressés.

Ce vote constitue une victoire pour le commissaire européen aux Transports, Siim Kallas, qui défendait ce dossier sensible opposant depuis des années les représentants des pilotes - défavorables à cette proposition - , à ceux des compagnies aériennes qui y étaient favorables.

Le texte de Siim Kallas avait été retoqué fin septembre par la commission Transports du Parlement européen. Mais le Parlement, réuni en séance plénière, l'a approuvé par 387 voix contre 218, donnant ainsi raison à Siim Kallas.

Les pilotes estiment qu'ils n'ont pas obtenu satisfaction sur les deux points qui leur tenaient le plus à coeur: le temps de vol de nuit et les périodes de stand by, attentes pendant lesquelles l'équipage peut être appelé pour prendre son service.

Baisse du temps de vol

Le nouveau règlement fixe à 11 heures maximum le temps de vol, incluant une période nocturne, contre 11 heures et 45 minutes aujourd'hui. Les syndicats réclamaient 10 heures maximum.

Concernant les périodes de stand by, les pilotes estiment que le temps de vol additionné à la période de stand by ne devrait pas, pour des raisons de sécurité, dépasser les 18 heures. Or, déplorent-ils, la nouvelle réglementation pourrait les obliger à rester éveillés pendant 22 heures.

«En approuvant ces mesures, le Parlement européen s'est écarté d'une approche de 'précaution', a ignoré les avis scientifiques et met la sécurité des passagers en jeu», a réagi dans un communiqué Nico Voorbach, président de l'Association européenne de représentants des pilotes (ECA).

A l'origine de la proposition de la Commission, l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) a tenu à préciser dans un communiqué que le temps de vol additionné à la période de stand by ne pourrait pas dépasser 16 heures, si l'astreinte est effectuée à l'aéroport.

Conditions de travail plus sûres

Siim Kallas a rejeté les critiques, estimant que le texte apportera «une meilleure protection des passagers et des conditions de travail plus sûres pour l'équipage». «C'est une victoire pour le bon sens», a-t-il dit dans un communiqué.

L'EASA s'est elle aussi prévalue d'une avancée qui dote l'Europe «d'une des règles les plus strictes au monde en matière de temps de vol». L'Agence a notamment invoqué, parmi les autres mesures prévues, la limitation à 1000 heures, contre 1300 actuellement, du temps total de vol qu'un pilote peut effectuer en 12 mois consécutifs.

Réglementation insuffisante

Au nom des Verts, l'eurodéputée belge Isabelle Durant a dénoncé une réglementation «totalement insuffisante pour la sécurité des équipages et voyageurs», qui ne tient pas compte de l'expertise scientifique sur les conditions de travail des pilotes.

La Commission a réussi à convaincre les eurodéputés en «comparant son projet aux règles et aux pratiques les moins sûres», ce qui constitue «un jeu détestable», a-t-elle accusé.

Au Royaume-Uni, l'association des pilotes de lignes (Balpa) a appelé les autorités à ne pas adopter les nouvelles règles européennes, soulignant qu'elles étaient en retrait sur leurs actuelles normes nationales. «Les pilotes et passagers méritent des règles de sécurité scientifiquement fondées plutôt que résultant de louches marchandages secrets à Strasbourg», a assuré Balpa dans un communiqué.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!