Publié

ConflitLa Russie accuse l'Ukraine d'utiliser des bombes incendiaires

Un responsable du ministère russe des Affaires étrangères a accusé les forces ukrainiennes de recourir à des armes «interdites», après que des médias russes ont affirmé que des bombes incendiaires avaient été utilisées.

1 / 135
Le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a mis en garde l'UE contre de nouvelles sanctions. (8 septembre 2014)

Le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a mis en garde l'UE contre de nouvelles sanctions. (8 septembre 2014)

Keystone
De la fumée s'élève près de l'aéroport de Donetsk. (Photo d'illustration) (Dimanche 7 septembre 2014)

De la fumée s'élève près de l'aéroport de Donetsk. (Photo d'illustration) (Dimanche 7 septembre 2014)

AFP
Un char endommagé de l'armée ukrainienne abandonné à proximité d'un jardin d'enfants détruit dans le village de Kominternove, dans l'est du pays. (6 septembre 2014).

Un char endommagé de l'armée ukrainienne abandonné à proximité d'un jardin d'enfants détruit dans le village de Kominternove, dans l'est du pays. (6 septembre 2014).

Keystone

La Garde nationale ukrainienne a aussitôt démenti ces accusations, qualifiées d'«absurdes» dans un communiqué. «Les forces ukrainiennes et les néonazis utilisent des armes interdites contre les habitants de Slaviansk, tirent sur les civils en fuite, tuent des enfants», a écrit Konstantin Dolgov, le délégué aux droits de l'Homme du ministère russe des Affaires étrangères sur Twitter.

«Kiev multiplie les crimes humanitaires contre la population civile du Sud-Est, il doit y avoir des enquêtes et les coupables doivent être punis», a-t-il ajouté.

L'agence publique Ria Novosti, citant les insurgés prorusses de l'Est de l'Ukraine, a affirmé que les forces ukrainiennes avaient utilisé des bombes incendiaires dans le village de Semenovka près de la ville de Slaviansk, un bastion prorusse.

La Russie n'a cessé ces dernières semaines d'accuser les forces ukrainiennes de recourir à des moyens disproportionnés dans leur opération armée contre l'insurrection dans l'est du pays. Le 30 mai, le Comité d'enquête russe a accusé l'Ukraine de violer la Convention de Genève de 1949 sur la protection des civils, indiquant rassembler des preuves et ouvrir une enquête pour «recours à des moyens et méthodes de guerre interdits». L'UE a de son côté appelé Kiev à la retenue dans ses opérations armées, tout en soulignant la légitimité selon elle de cette action.

(AFP)

Ton opinion