Rétorsion - La Russie menace de bloquer YouTube
Publié

RétorsionLa Russie menace de bloquer YouTube après la suspension de RT

Les comptes allemands de la chaîne de télévision publique russe RT ont été bloqués par YouTube. Une pratique qui n’est pas du goût du gendarme des télécoms.

YouTube a bloqué ses comptes, car RT DE a voulu contourner une interdiction de diffuser de nouvelles vidéos.

YouTube a bloqué ses comptes, car RT DE a voulu contourner une interdiction de diffuser de nouvelles vidéos.

Getty Images

Le gendarme des télécoms russe Roskomnadzor a menacé mercredi, YouTube de blocage, si ce dernier se refusait à lever la suspension des comptes allemands de la chaîne de télévision publique RT.

L’autorité des télécommunications indique avoir demandé à Google, maison-mère du site, «de lever dans les plus brefs délais les limites imposées aux chaînes YouTube RT DE et Der Fehlende Part». «La législation prévoit une suspension totale ou partielle d’accès si le propriétaire d’une plateforme n’exécute pas un avertissement de Roskomnadzor», indique-t-elle.

Violation des règles internes

Le site de vidéos de l’américain Google a bloqué mardi les comptes RT DE et Der Fehlende Part, pour avoir violé les règles internes de la communauté en diffusant de «fausses informations» sur le coronavirus et d’avoir voulu contourner une suspension de téléchargement.

C’est «un acte d’agression d’information sans précédent de la part de YouTube», a réagi le ministère russe des Affaires étrangères, dans un communiqué diffusé dans la nuit de mardi à mercredi, accusant les autorités allemandes d’avoir «évidemment encouragé, voire insisté» sur cette décision.

«L’objectif de cette agression envers les projets de la holding russe est évident: faire taire les sources d’information ne s’inscrivant pas dans un cadre médiatique confortable» pour les autorités en Allemagne, assure la diplomatie russe qui y voit «la poursuite d’une guerre d’information contre la Russie».

Éventuelles représailles

Berlin a mis en garde mercredi la Russie contre d’éventuelles représailles à l’encontre de médias allemands après la suspension par Youtube de comptes de la chaîne russophone RT diffusés en Allemagne.

Soulignant que le gouvernement allemand n’avait «rien à voir» avec ce blocage, le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Seibert a averti que «quiconque appelle ou parle de telles représailles ne démontre pas un bon respect de la liberté de la presse».

«Il ne s’agit pas d’une mesure étatique prise par le gouvernement fédéral», a déclaré Steffen Seibert, assurant avoir appris cette suspension «en lisant la presse». «Il s’agit d’une décision de Youtube», a-t-il insisté, réfutant toute implication de Berlin.

Efforts de propagande

Dans ce contexte, «la prise des mesures de représailles symétriques à l’encontre des médias allemands en Russie (…) semble non seulement appropriée, mais aussi nécessaire». RT, qui émet notamment aussi en anglais, français et espagnol, est considéré comme faisant partie des efforts de propagande déployés par le Kremlin à l’international.

YouTube a bloqué ses comptes, car RT DE a voulu, via sa chaîne Der Fehlende Part, contourner une interdiction de diffuser de nouvelles vidéos pendant une semaine à cause de la diffusion de désinformation sur le Covid-19, selon les médias allemands. Selon RT, cette suspension devait être levée mercredi.

La Russie a multiplié les offensives contre les grands réseaux sociaux et plateformes digitales ces derniers mois, accusant celles-ci d’être à la solde d’intérêts occidentaux. Elle a notamment forcé Google et Apple à bloquer en Russie une série de contenus en lien avec l’opposant incarcéré et bête noire du Kremlin, Alexeï Navalny.

«Censure» dénoncée

Le Kremlin a dénoncé mercredi la «censure» de la chaîne de télévision publique russe RT en allemand par Youtube, menacé de blocage en Russie après avoir bloqué deux comptes allemands de RT. «Il y a des signes témoignant que les lois russes ont été violées et qu’elles ont été violées de manière grossière, c’est lié à la censure et à des entraves à la diffusion d’informations», a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, prônant une «tolérance zéro face à de telles violations».

(AFP)

Votre opinion

11 commentaires