Suisse - La santé a coûté 798 francs par personne en 2019
Publié

SuisseLa santé a coûté 798 francs par personne en 2019

Les dépenses de la santé en 2019 en Suisse se montent au total à 82,1 milliards de francs. Une hausse plus modérée que les années précédentes.

par
Comm
AFP Les coûts de la santé n’ont pas explosé en Suisse en 2019.

En 2019, les dépenses mensuelles de santé en Suisse ont atteint 798 francs par personne, soit 12 francs de plus que l’année précédente. Selon les chiffres publiés mardi par l'Office fédéral de la statistique (OFS), les dépenses totales de santé en Suisse se sont montées à 82,1 milliards de francs en 2019, 1,8 milliard de plus qu’en 2018. Elles se sont accrues de 2,3% par rapport à l’année précédente, une hausse qui est inférieure à la tendance des cinq dernières années (+2,8%).

Dans le détail, les dépenses individuelles ont été couvertes à raison de 302 francs par l’assurance-maladie obligatoire et de 149 francs par l’État. 52 francs ont été financés par des assurances sociales telles que l’AVS, l’AI et l’assurance-accidents, 30 francs par d’autres régimes de protection sociale sous condition de ressources, 56 francs par des assurances complémentaires et 11 francs par d’autres financements privés.

199 francs par ménage

L’OFS note que près de 200 francs par année restent à la charge des particuliers. En plus des primes d’assurance-maladie et des impôts, les ménages ont dû débourser directement199 francs. Ce montant comprend le financement des prestations des établissements médicosociaux, des traitements dentaires ainsi que la franchise et la participation aux frais prévues par l’assurance-maladie pour les traitements hospitaliers et ambulatoires.

La hausse des dépenses de santé en Suisse est imputable à la hausse enregistrée pour les hôpitaux, les cabinets médicaux et les institutions médico-sociales, précise l’OFS. Par rapport au taux de croissance moyen sur les cinq dernières années (+2,8%), les résultats varient selon la catégorie de prestations. La croissance a été inférieure à la moyenne pour les traitements curatifs stationnaires (+1,0%) et négative dans le domaine de la prévention (–0,5%). À l’inverse, elle a affiché un taux supérieur à la moyenne pour les services auxiliaires (+7,1%; tels les secours et les analyses de laboratoire), la réadaptation (+4,7%), l’administration (+3,4%) et le matériel de santé (+3,1%).

Votre opinion