Etats-Unis: La scientifique iranienne pourra rejoindre Harvard

Actualisé

Etats-UnisLa scientifique iranienne pourra rejoindre Harvard

Refoulée à cause du décret anti-immigration signé par Trump, Samira Asgari a pu entrer sur le sol américain, vendredi.

Twitter - @hannah_natanson

Samira Asgari a réussi à contrer le gouvernement américain, qui l'empêchait d'entrer sur son territoire en raison de sa nationalité iranienne. La jeune femme a pu embarquer vendredi sur un vol en partance pour les Etats-Unis, a révélé la RTS.

Et ce tweet, tombé plus tard dans la soirée, confirme que Samira Asgari a pu passer les contrôles et retrouver les personnes venues l'accueillir:

Trois tentatives

La scientifique, qui travaillait à l'EPFL, devait rejoindre le laboratoire du Dr Soumya Raychaudhuri, à la Harvard Medical School de Boston. Mais, samedi, alors qu'elle était prête à embarquer pour sa nouvelle vie, elle a été bloquée à Francfort. La faute au décret pris la veille par Donald Trump, interdisant l'entrée sur sol américain aux ressortissants de sept pays, dont l'Iran.

Samira Asgari avait pourtant un visa en règle.

La jeune femme a ensuite tenté sa chance une deuxième fois, mardi, au départ de Zurich. Mais, là aussi, on lui a refusé l'embarquement.

Plainte contre Trump

Mercredi, la biologiste a déposé plainte contre le président américain, le Département de la Sécurité intérieure et des fonctionnaires de la Protection des douanes et frontières.

La RTS affirmait vendredi soir sur son site internet que la chercheuse avait enfin pu embarquer sur un vol l'emmenant à Boston et qu'elle avait atterri sur sol américain. Et, grâce à Twitter, on apprenait un peu plus tard que Samira Asgari avait pu rejoindre les personnes venues l'accueillir à l'aéroport.

Ton opinion