La Chaux-de-Fonds: La blessure de la sculpture emboutie par un routier reste ouverte
Publié

La Chaux-de-FondsLa blessure de la sculpture emboutie par un routier reste ouverte

Le processus de restauration de l’œuvre du giratoire du Bas-du-Reymond, endommagée par un transporteur, suit son cours. Le dossier est jugé «complexe» et «coûteux»

par
Vincent Donzé
abîmée le 1er décembre dernier au milieu d’un rond-point, l’œuvre de Patrick Honegger n’est pas réparée.

abîmée le 1er décembre dernier au milieu d’un rond-point, l’œuvre de Patrick Honegger n’est pas réparée.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Sa réparation coûtera 70 000 francs, mais les autorités de La Chaux-de-Fonds n’ont pas mis les pieds au mur face à cette dépense dans le dossier du giratoire du Bas-du-Reymond, abîmé sous la neige par un transporteur ukrainien, le 1er décembre dernier. Le tempo est dicté par les assurances: les devis ont été transmis à la RC (Responsabilité civile) du transporteur fautif

Entre le Haut et le Bas du canton, la sculpture «Communication» de Patrick Honegger est visible par tous les usagers, y compris des trains, remplacés par des bus jusqu’au 31 octobre prochain. Installé désormais en Bourgogne, l’artiste chaux-de-fonnier Patrick Honegger avait remporté avec son arche monumentale un concours doté de 250 000 francs, en 1994.

Au lendemain de l’accident, un bureau d’ingénieur civil a été mandaté pour vérifier la statique et la stabilité de la sculpture propriété de la Ville de La Chaux-de-Fonds. Une entreprise de construction métallique a ensuite sécurisé le giratoire en démontant les éléments menaçants.

La Ville n’exclut pas d’avancer les frais avant le remboursement par l’assurance RC du véhicule.

La Ville n’exclut pas d’avancer les frais avant le remboursement par l’assurance RC du véhicule.

Lematin.ch/Vincent Donzé

L’artiste a confié sa perplexité à «Arcinfo»: «Personne ne m’a contacté après l’accident», s’est-il étonné. Le conseiller communal Théo Huguenin-Élie admet que «plusieurs questions se posent» dans un dossier jugé «complexe» et «coûteux». Dans le cadre du chantier de la H20, promis de 2028 à 2030, l’œuvre devra vraisemblablement être déplacée, ce qui ouvrira une discussion sur son emplacement définitif.

Votre opinion