Publié

Conditions climatiquesLa sécurité alimentaire de la Terre est menacée

La dissémination accrue des ravageurs, aidée par le transport de marchandises et la hausse des températures, menace la sécurité alimentaire mondiale, selon une étude.

La pyriculariose du riz, un champignon, est présent dans plus de 80 pays.

La pyriculariose du riz, un champignon, est présent dans plus de 80 pays.

Reuters

De manière générale, les ravageurs de tous types, tels les insectes, champignons, bactéries ou autres virus, avancent de près de trois kilomètres par an en direction des pôles nord et sud, montrent des travaux parus dimanche dans «Nature climate change» et réalisés par des chercheurs d'Exeter (Royaume-Uni).

Les insectes nuisibles, qui s'attaquent aux récoltes, progressent ainsi de 26 km par décennie vers les pôles.

L'étude montre aussi qu'il existe un lien fort entre la hausse globale des températures au cours des 50 dernières années et l'implantation accrue des ravageurs.

Entre 10 et 16% de perte

Sachant qu'entre 10 et 16% des cultures mondiales sont déjà perdus à cause de l'action de parasites, les auteurs estiment que la sécurité alimentaire mondiale pourrait à terme être menacée par une dissémination encore plus importante.

Selon Dan Bebber de l'université d'Exeter, «si les ravageurs continuent de se développer en direction des pôles alors que la terre se réchauffe, les effets combinés d'une population mondiale en augmentation et de pertes de cultures de plus en plus importantes menaceront sérieusement la sécurité alimentaire mondiale».

Pour sa collègue, Sarah Gurr, également de l'université d'Exeter, «des efforts plus grands sont nécessaires pour surveiller la dissémination des ravageurs et pour contrôler leur mouvement d'une région à l'autre si nous voulons arrêter leur destruction continue des cultures dans un contexte de changement climatique».

Forêts de pins détruites

Pour cette étude, les chercheurs ont étudié la progression de 612 ravageurs au cours des 50 dernières années. Ils ont conclu que les mouvements des ravageurs vers les pôles nord ou sud, dans des régions qui étaient auparavant épargnées, vont de pair avec une hausse des températures, qui favorise l'installation à une latitude nouvelle.

Par exemple, en Amérique du Nord, le dendroctone du pin ou «mountain pine beetle» s'est fortement développé à des latitudes plus élevées, détruisant de larges pans de la forêt américaine, surtout parce qu'il a pu résister à des hivers moins rigoureux.

Autre exemple, la pyriculariose du riz, un champignon désormais présent dans plus de 80 pays et qui a des conséquences dramatiques pour l'agriculture et les écosystèmes, a maintenant contaminé le blé. Au Brésil, les récoltes de blé sont fortement touchées par ce nouveau parasite.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!