Publié

DavosLa sécurité du WEF assurée par 3300 soldats

L'engagement de l'armée suisse pendant le WEF représente quelque 51'000 jours de service. Coût de l'opération: 28,5 millions de francs, soit environ le budget d'un cours de répétition.

1 / 44
Le ministre de l'Economie français, Pierre Moscovici. (25 janvier)

Le ministre de l'Economie français, Pierre Moscovici. (25 janvier)

Keystone
Eveline Widmer-Schlumpf avec Pierre Moscovici.

Eveline Widmer-Schlumpf avec Pierre Moscovici.

Keystone
Pierre Moscovici rencontre Bill Gates.

Pierre Moscovici rencontre Bill Gates.

AFP

Protéger l’espace aérien, surveiller les voies de communication ou encore assurer la prise en charge sanitaire en cas de catastrophe: environ 3300 soldats de l’armée suisse seront actifs chaque jour pendant le Forum économique mondial (WEF) de mercredi à dimanche à Davos (GR).

Mardi, les responsables militaires n’ont pas lésiné sur les moyens pour présenter l’engagement de l’armée aux médias à Davos, Thusis (GR) et Klosters (GR). Un engagement qu’on s’efforce de réduire, ont-ils insisté à plusieurs reprises.

Ainsi, la mobilisation moyenne s’élevait jusqu’en 2010 à 4400 hommes, selon le commandant des opérations Jean-Marc Halter. Le règlement sur l’engagement de l’armée suisse dans le cadre du WEF prévoit la mobilisation de jusqu’à 5000 hommes.

Le nombre de postes de surveillance comme celui du pont du Sunnibergbrücke, sur la route entre Klosters et Davos, a été divisé par trois en dix ans à la suite d’évolutions techniques, selon Marco Cantieni, le divisionnaire responsable de l’engagement au sol. Il n’a toutefois pas voulu dévoiler leur nombre actuel exact. Il est «suffisant», s’est-il contenté de dire.

28,5 millions de francs

Le dispositif reste malgré tout impressionnant. L’opération coûte 28,5 millions de francs, soit environ le budget d’un cours de répétition. Cela représente 51’000 jours de service et plus de 90% des soldats mobilisés sont des miliciens.

«L’opération permet d’engager de manière ciblée les troupes de milice», a souligné le divisionnaire Halter. Tous ont suivi une formation et passé un examen.

Espace aérien sous haute surveillance

Une des missions principales est la protection de l’espace aérien autour de Davos, restreint pendant le WEF depuis les attentats du 11- Septembre. Plusieurs patrouilles de deux FA-18 sont mobilisées ainsi que des hélicoptères.

Les opérations sont dirigées depuis Dübendorf (ZH), indique le chef de l’engagement des forces aériennes Bernhard Müller. Le divisionnaire ne quitte pas une mallette métallisée dans laquelle il confie se trouver les moyens de communication nécessaires à la transmission d’un ordre d’abattre un appareil qui représenterait une menace.

Lors du WEF 2012, neuf violations de l’espace aérien ont été enregistrées et cinq en 2011. Ces différences s’expliquent notamment par une variation des conditions météorologiques.

Vestiaires du HC Davos transformés en hôpital

Autre aspect de l’engagement: une douzaine de chiens de protection font également partie du contingent. Les bergers belges (malinois) sont capables de neutraliser des intrus, comme ils le prouvent lors d’une démonstration.

La mission de l’armée comprend également un volet sanitaire, en collaboration avec les autorités civiles. En cas de catastrophe lors du WEF, quelque 300 personnes peuvent être prises en charge entièrement ou dans l’attente de leur évacuation. Deux containers ont été transformés en salles d’opération et les vestiaires du HC Davos en centre de soins.

Aide aux autorités civiles

L’engagement de l’armée suisse dans le cadre du WEF est subsidiaire. Cela signifie qu’il vient compléter les efforts de la police grisonne, notamment, qui ne peut, à elle seule, assurer la sécurité de l’événement, ont souligné les responsables militaires.

L’armée suisse est mandatée pour la sécurité du WEF depuis 2000. Le Conseil fédéral avait alors qualifié le WEF d’»événement exceptionnel» en raison de son importance pour les intérêts internationaux de la Suisse. Le mandat de l’armée a été renouvelé pour la période de 2013 à 2015.

(ats)

Votre opinion