01.03.2012 à 17:27

BruxellesLa Serbie pourra être candidate à l'UE

Le président roumain Traian Basescu a renoncé jeudi à s'opposer à l'octroi à la Serbie du statut de candidat à l'entrée dans l'UE, levant ainsi le dernier obstacle à cette étape importante sur la voie de l'adhésion.

Traian Basescu a annoncé que la Roumanie a donné son accord à la candidature de la Serbie.

Traian Basescu a annoncé que la Roumanie a donné son accord à la candidature de la Serbie.

Keystone

Selon ces sources, Bucarest a conclu un compromis avec Belgrade garantissant notamment que les droits de la minorité roumaine vivant en Serbie, évaluée à quelque 30'000 personnes, soient bien protégés.

Ce point avait été soulevé en début de semaine par la Roumanie à la surprise générale pour justifier des réserves. «Basescu a annoncé qu'ils vont donner leur accord» sur la Serbie «parce que les deux parties se sont entendues pour signer un document sur les droits des minorités» respectives, puisqu'il y a aussi une petite minorité serbe en Roumanie, a déclaré un député européen conservateur allemand, Elmar Brok, ayant participé dans la journée à une réunion avec le chef de l’État roumain.

Cette réunion, à Bruxelles, a réuni de nombreux responsables de partis de droite européens, en préambule à un sommet des Vingt-Sept programmé dans la soirée où la question de la Serbie sera à l'ordre du jour.

Un long processus

L'unanimité des vingt-sept dirigeants est requise pour permettre d'accorder à la Serbie le statut officiel de candidat à l'adhésion au bloc.

Il faudra ensuite que les négociations soient ouvertes, une autre étape qui prendra du temps, puisqu'elles aboutissent. Le processus durera au final des années mais, symboliquement, il représentera une avancée significative pour un pays qui il y a treize ans fut le théâtre de bombardements de l'Otan lors de la guerre du Kosovo.

«Il y a un accord», a confirmé une autre source proche des discussions. En plus de l'accord bilatéral entre Bucarest et Belgrade, la Commission européenne s'est aussi de son côté engagée à suivre «de très près» la «mise en œuvre» effective du respect des droits de la minorité roumaine en Serbie, selon un diplomate.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!