Actualisé 13.09.2019 à 14:28

Jeu vidéoLa série des «Gears» passe la cinquième

Relance convaincante d'une franchise qui donnait des signes de fatigue. «Gears 5» offre une campagne épique et du multijoueur renouvelé.

par
JChC

Dès son acte II, ce cinquième épisode donne la part belle à Kait Diaz.

Vous aimez les soldates en débardeur et armure qui jurent comme des charretiers? Les baroudeurs XXXL et armés (notamment) d'un fusil d'assaut tronçonneur? Vous aimez l'architecture rococo-baroque? Vous aimez la science-fiction? Vous aimez autant les espaces insolites et grandioses que les sous-sols suintants et gluants? Vous aimez l'odeur du napalm au petit matin? Vous aimez manger du locuste (des mutants moches) à la sauce béarnaise? Vous aimez vous abriter derrière un obstacle avant de tirer? Vous aimez «Aliens», la vision de James Cameron dopée aux stéroïdes et les «Fast and Furious»?... Nous, moyen, ou plutôt pas tous les jours.

Fané avec les années

Ces conditions-cadres d'une lourdeur toute militaro-américaine ne nous ont pourtant jamais empêché d'apprécier les «Gears of War» pour leur fureur, leur gameplay efficace et leur indéniable qualités graphiques. Cet intérêt s'était fané avec les années mais a été renouvelé, et amplifié contre toute attente, avec un tout récent cinquième épisode, le deuxième réalisé pour le studio The Coalition mais le premier à nous convaincre que la franchise a encore un bel avenir devant-elle.

Sur le plan narratif, on ne dira pas que l'histoire est devenue subitement intéressante. Néanmoins, on remarque une nette progression de la qualité d'écriture et des dialogues.

60 images par secondes sur Xbox One X

Sur le plan de la technique, nous avons pris une belle et grosse claque: quelque soit la machine sur laquelle tourne le jeu (et nous parlons sous le contrôles des coupeurs de pixels en quatre de la «Digital Foundry» pour les versions que nous n'avons pas pu tester directement), le jeu semble repousser les limites du faisable. Quant on ne me met pas toutes les machines dans la même pièce, il impressionne autant sur la Xbox One première mouture que sur un PC surarmé. Sur Xbox One X, la version la plus puissante de la famille, le jeu tourne pour la première fois dans tous ses modes en 4K 60 images par secondes. C'est impressionnant pour un jeu d'une telle ambition graphique.

Sur le plan du gameplay, The Coalition ne s'est pas contenté de pousser légèrement les curseurs, comme dans l'épisode 4: le studio s'est ainsi fendu d'une campagne moins linéaire, a ajouté un soupçon de monde ouvert et introduit dans le trio en action (un joueur accompagné de deux IA ou jusqu'à trois joueurs en coopération) une petite touche asymétrique, l'un des personnage étant un robot avec plus un rôle de soutien que de combat rapproché.

Fromage et dessert

Enfin sur le plan de l'ampleur, The Coalition ne s'est pas moqué de la clientèle, la campagne d'une longueur tout à fait honorable est accompagnée de deux nouveaux modes multijoueurs qui introduisent une belle diversité à côté des affrontements traditionnels, une équipe contre l'autre.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!