Publié

EgalitéLa situation des handicapés est toujours insatisfaisante

Malgré les efforts, la situation des handicapés n'est toujours pas satisfaisante dix ans après la loi sur l'égalité.

Les handicapés étaient 90% à pouvoir utiliser trains et bus sans aide en 2007 et 88% en 2012.

Les handicapés étaient 90% à pouvoir utiliser trains et bus sans aide en 2007 et 88% en 2012.

(photo d'illustration), Keystone

Dix ans après l'entrée en vigueur de la loi sur l'égalité des handicapés, la situation n'est toujours pas satisfaisante pour ces personnes. Elles sont notamment davantage exposées au risque de pauvreté, selon une comparaison des chiffres entre 2007 et 2012.

Il y a deux ans, 19% des handicapés vivaient dans un ménage dont le revenu était inférieur à 60% du revenu médian suisse. Ils n'étaient que 14% en 2007. Et pour les deux années de référence, ces personnes sont davantage frappées que le reste de la population. Que ce soit en 2007 ou en 2012, seuls 11% des Suisses étaient dans une telle situation, selon l'Office fédéral de la statistique.

La situation est encore pire pour les personnes handicapées fortement limitées dans la vie ordinaire. Un quart d'entre elles sont exposées au risque de pauvreté. En 2012, le seuil pour relever d'une telle catégorie était de 30'031 francs par an pour un ménage d'une personne seule.

Autre point noir: l'accès aux transports publics. Malgré les efforts faits par les entreprises, les handicapés rapportent toujours autant de difficultés. Ils étaient en effet 90% à pouvoir utiliser trains et bus sans aide en 2007 et 88% en 2012.

Insatisfaction

Résultat: ces personnes restent insatisfaites. Les handicapés affichent une satisfaction moyenne de 7,3 points sur dix, contre 8,2 pour le reste de la population. Le taux tombe à 6,7 pour les personnes fortement limitées dans leur santé.

Seul baume au cœur, peut-être, la formation s'améliore même si les personnes handicapées, notamment celles qui sont fortement limitées dans les activités de la vie ordinaire, restent moins bien loties que le reste de la population.

Depuis 2007, la part des handicapés ayant achevé une formation tertiaire est passée de 16 à 22%. Vu que cette progression est plus forte que celle observée dans le reste de la population, l'écart entre les deux groupes tend donc à se réduire.

Sur le marché du travail, la situation stagne. La participation des personnes handicapées (68%) est ainsi restée inférieure d'environ 17 points au reste de la population. Parmi les handicapés fortement limités dans la vie ordinaire, un sur deux occupait un emploi en 2007 comme en 2012.

(ats)

Votre opinion