Corée du Nord - La sœur de Kim Jong-un fustige la Corée du Sud après son tir de missile
Publié

Corée du Nord La sœur de Kim Jong-un fustige la Corée du Sud après son tir de missile

L’influente soeur du leader nord-coréen a critiqué l’attitude «illogique» de Séoul mercredi, suite à des tirs de missiles balistiques de la part des deux pays.

Kim Yo Jong, soeur de Kim Jong-un, s’en est prise au président sud-coréen mercredi. 

Kim Yo Jong, soeur de Kim Jong-un, s’en est prise au président sud-coréen mercredi.

AFP

L’influente sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a fustigé mercredi le président sud-coréen Moon Jae-in après les tirs de missiles balistiques par les deux pays, selon les médias officiels à Pyongyang.

Le président sud-coréen avait qualifié les actions du Nord de «provocations», ce qui a poussé Kim Yo Jong, une des conseillères les plus proches de son frère, à condamner «l’attitude illogique de Séoul» considérant ses tirs de missiles balistiques comme «des actions légitimes pour soutenir la paix, et nos actions comme une menace à la paix».

Technologie de pointe

La Corée du Nord et la Corée du Sud ont procédé toutes deux mercredi à des tirs de missiles dans ce qui ressemble à une véritable course à l’armement entre ces deux pays toujours techniquement en guerre.

Le lancement d’un missile balistique depuis un sous-marin par la Corée du Sud a été supervisé par le président Moon Jae-in.

Il est intervenu quelques heures après le lancement par Pyongyang de deux missiles balistiques vers la mer.

Le Sud est ainsi devenu mercredi le septième pays au monde à disposer de cette technologie de pointe, une avancée stratégique de taille pour Séoul qui possède désormais une longueur d’avance en termes de capacités militaires sur son voisin du nord.

Ce dernier est soumis à des sanctions internationales en raison de ses programmes d’armes nucléaires et de missiles balistiques interdits.

«Un timing extraordinaire»

«Le fait d’avoir deux Corées qui effectuent des tirs d’essai de missiles balistiques le même jour relève d’un timing extraordinaire», a déclaré à l’AFP John Delury, professeur à l’université Yonsei.

«Cela montre bien qu’il y a une course aux armements dans cette région à laquelle tout le monde doit prêter attention».

Le missile a été tiré depuis le sous-marin Ahn Chang-ho, récemment mis en service, et a parcouru la distance prévue avant d’atteindre sa cible, a indiqué la Maison bleue, siège de la présidence sud-coréenne.

La possession d’un missile balistique mer-sol (SLBM) est «très significative en termes de dissuasion», a-t-elle souligné.

Tous les pays disposant de SLBM sont dotés de l’arme nucléaire.

Deux missiles en direction de la mer

Quelques heures auparavant, le Nord avait tiré «deux missiles balistiques de courte portée depuis la province de Pyongan Sud (centre) en direction de l’est vers la mer», a déclaré l’état-major interarmées de Séoul dans un communiqué.

Ils ont parcouru environ 800 kilomètres à une altitude maximale d’environ 60 kilomètres.

Le ministre de la Défense japonais, Nobuo Kishi, a estimé qu’ils étaient tombés dans les eaux de la zone économique exclusive du Japon.

La Corée du Sud dispose désormais «d’une dissuassion suffisante pour répondre aux provocations de la Corée du Nord à n’importe quel moment», a déclaré le président Moon.

(AFPE)

Votre opinion

2 commentaires