Publié

InventionLa solution simple d’un Valaisan pour skier avec un masque

Pour simplifier la vie des Suisses sur les pistes, une jeune entreprise située à Ardon (VS) a eu une idée économique et efficace: des crochets à fixer sur son casque.

par
Laura Juliano
Des Choses Pareilles

Laisser son masque chirurgical pendre sous le menton en dévalant les pistes? Remonter son tour de cou à l’arrivée? Les premiers skieurs de la saison ont vite été confrontés à ce problème.

La nouvelle contrainte du port du masque dans les remontées mécaniques aussi essentielle soit elle pour lutter contre la pandémie n’est pas toujours facile à adopter. Surtout quand il s’agit retirer des élastiques coincés derrière les oreilles, elles-mêmes plaquée sous un casque. Et ce, plusieurs fois par jour.

Un effort d’adaptation que certains skieurs ont fini par abandonner en optant pour des solutions pas toujours adaptées aux règles sanitaires, telles que tirer leur bandeau sur le nez.

Bas les oreilles!

Malgré le lancement de masques de ski anti-covid sur le marché, une jeune entreprise valaisanne tente de se différencier en lançant une alternative plus économique: des crochets à fixer à l’arrière du casque pour rattacher un masque chirurgical standard ou en tissu. Cette invention proposée par le jeune ingénieur Ivan Schaffner de la start-up Des choses pareilles à Ardon (VS) a tout de suite conquis l’équipe.

«Si on va à la montagne, c’est aussi pour respirer l’air frais à plein poumons, note Alain Woeffray, directeur de l’entreprise. Sur les pistes, on n’a pas envie de porter le masque, mais on doit le mettre aussitôt arrivés dans les files d’attente. C’est un geste que l’on répète des dizaines de fois sur une journée de ski. On voulait une solution qui nous simplifie la vie et qui ne coûte pas cher. Avec ces crochets, plus besoin d’avoir accès aux oreilles!»

Produits en Suisse

Une fois le prototype testé et validé, l’entreprise s’est mise à produire 2000 pièces par jour en collaboration avec une entreprise jurassienne active dans l’horlogerie et trois partenaires suisses en Valais et à Zurich. Les premiers skears devraient être mis en vente dès la fin de cette semaine.

«Nous travaillons avec un distributeur qui est en contact avec 2 200 magasins de sport en Suisse, affirme Alain Woeffray. Des échantillons leur seront envoyés rapidement. Nous sommes fiers de notre invention car en plus d’être bon marché, les Skears sont simples d’utilisation, répondent aux normes d’hygiène et sont produits localement. C’était important pour nous, surtout en cette période de pandémie de privilégier un circuit économique court et de préserver des emplois en Suisse.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
63 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Joseph Wallis remonteur de mécaniques

25.11.2020 à 15:32

L'autre jour, un de ces gaillards du plateau, un consanguin de la ville, il skiait avec son masque et dans la fille d'attente il enlevait son masque pour monter dans les remontées mécas. Je vous jure, c'est des cas à tester en laboratoire ...

Mieux vaut prévenir que guérir

25.11.2020 à 14:11

Dans le même temps, la France, l'Italie, l'Autriche songent à ne pas ouvrir les stations de ski pour l'instant. Tandis qu'en Suisse, comme on a pu le voir avec quelques décisions prises au niveau des Cantons dernièrement, l'économie à tendance à prendre le pas sur la santé, avec le risque que la 2ème vague se prolonge, voire fasse place à une 3ème !

Sacré CC

25.11.2020 à 14:08

J’ai pas lu l’article, parce que cela se présentait plutôt mal. Vous allez de plus mal en plumeau à la rédaction, pour autant que vous en ayez encore une vraie. Merci à vous d’évoluer autant rapidement que le Covid