Publié

PartenariatLa SPA Valais déborde de chiens et de chats

Le refuge l’Espoir d’Ardon(VS), soutenu par la Loterie Romande, doit impérativement s’agrandir. Mais il n’a toujours pas trouvé un terrain suffisant.

par
Victor Fingal
Pour Biliana Perruchoud, présidente de la SPA Valais, la recherche d'un terrain de 4000 m2 est primordiale pour pouvoir construire un nouveau refuge qui réponde aux normes actuelles.

Pour Biliana Perruchoud, présidente de la SPA Valais, la recherche d'un terrain de 4000 m2 est primordiale pour pouvoir construire un nouveau refuge qui réponde aux normes actuelles.

DR

Beaucoup trop petit pour satisfaire aux normes des législations actuelles! Le refuge l’Espoir d’Ardon(VS) doit doubler de surface, au plus vite. «Depuis une décennie, souligne Biliana Perruchoud, présidente de la SPA Valais, nous cherchons un terrain de 4000 m2 qui nous permettrait de doubler notre superficie. De plus, après 30 ans d’existence, nos boxes ne sont plus aux normes en vigueur.»

Il y a deux ans, tout semblait réglé. Le refuge l’Espoir qui s’étend sur 2000 m2 avait trouvé un terrain de surface égale à proximité. «Des plans au programme de construction, ajoute la présidente, nous étions prêts à 100%. Mais un proche centre équestre a fait opposition et notre projet a capoté.»

Le refuge d’Ardon joue le rôle de fourrière sur mandat du canton et représente ainsi la seule structure officielle apte à héberger des chats et des chiens abandonnés ou séquestrés dans le Valais central. Quant aux huit personnes employées à temps complet, sans parler des nombreux bénévoles, mobilisés essentiellement pour les promenades, ils ne ménagent pas leur peine 365 jours par an au service de la souffrance animale. «Notre objectif final consiste à trouver au plus vite pour nos chiens et nos chats une famille d’accueil, aimante et attentionnée.»

Familles d’accueil sollicitées

Mais que faire quand le refuge, avec sa capacité maximale de 200 chats et 40 chiens, déborde de toute part? «C’est justement au printemps, précise Biliana Perruchoud, que des portées de plusieurs dizaines d’animaux risquent d’arriver en une seule journée. Nous devons alors trouver des solutions avec des familles d’accueil.»

Bien sûr, les frais vétérinaires, les castrations éventuelles, l’entretien des animaux, les salaires du personnel fixe, tout cela à un coût et la SPA Valais, une association privée d’utilité publique, compte essentiellement sur les dons, ses sponsors et ses partenaires pour subsister. «Dans ce contexte, dit encore la présidente de la SPA Valais, le soutien de la Loterie Romande est essentiel. La LoRo est aussi prête à nous aider quand notre projet d’agrandissement et de modernisation du refuge sera d’actualité.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!