Publié

PhénomèneLa Suisse a levé le nez pour observer l'éclipse solaire

L'éclipse solaire a pu être observée dès 9h30 ce vendredi matin en Suisse malgré un ciel légèrement voilé.

1 / 33
Cette jeune femme était bien placée à Ouchy pour observer l'éclipse.

Cette jeune femme était bien placée à Ouchy pour observer l'éclipse.

Christine Talos
Une passante dûment protégée a même fait une incantation au soleil.

Une passante dûment protégée a même fait une incantation au soleil.

Christine Talos
Une équipe d'amis était sur les quais pour observer et photographier l'éclipse près du château d'Ouchy.

Une équipe d'amis était sur les quais pour observer et photographier l'éclipse près du château d'Ouchy.

Christine Talos

Depuis 09h30 et jusqu'à 11h45, la Lune est passée devant le Soleil et a projeté son ombre sur la Terre. Les bonnes conditions météo ont en partie permis aux Suisses d'assister au spectacle. A son pic, vers 10h30, 70% de la surface de l'astre de feu avait disparu.

Dans la plupart des régions de Suisse, le ciel était dégagé vendredi matin. Au Tessin ou à Genève en revanche, le temps était brumeux et partiellement nuageux, a indiqué MétéoSuisse. Dans ces régions, le mieux était de monter en altitude.

Durant le pic de l'éclipse solaire, la luminosité a diminué. Mais même un peu caché, le Soleil a continué à briller et il n'a pas fait nuit.

Il fallait toutefois se protéger correctement les yeux pour voir le soleil s'effacer derrière la Lune. Il était recommandé d'utiliser des lunettes spéciales. Les magasins et pharmacies qui en vendaient ont d'ailleurs été pris d'assaut.

Ici à Fribourg

Éclipse totale par endroits

Seuls des privilégiés ont pu, si la météo le permettait, voir le soleil s'effacer complètement derrière la lune depuis les îles Féroé, territoire danois perdu dans l'Atlantique Nord, et l'archipel norvégien du Svalbard (Spitzberg), en plein coeur de l'Arctique.

Ici en Norvège

Dans les îles Féroé

Dans le reste de l'Europe, dans le Nord-Ouest de l'Afrique et de l'Asie, et au Moyen-Orient, on ne pouvait en effet espérer observer qu'une éclipse partielle.

Axe parfait

Une éclipse solaire totale est affaire de distance et d'alignement: il faut que la Lune s'intercale entre la Terre et le Soleil dans un axe parfait et à une distance suffisamment proche de notre planète pour que le diamètre apparent de notre satellite dépasse celui du Soleil pour pouvoir le cacher intégralement.

Par un pur hasard, l'éclipse coïncide avec l'équinoxe de printemps, lorsque le Soleil repasse de l'hémisphère Sud à l'hémisphère Nord, et avec la «Super Lune», lorsque la Lune est à la fois pleine et au plus près de la Terre (le périgée).

Ailleurs, l'éclipse sera plus ou moins partielle en fonction de la distance par rapport à la «bande de totalité».

(ats)

Votre opinion