Actualisé

MétéoLa Suisse attend le froid polaire

Les températures deviendront négatives en plaine mercredi et plus glaciales dès vendredi soir. Les CFF seront en «alerte maximale» en fin de semaine, d'autres entreprises de transport restant sur le qui-vive.

L'air va se rafraîchir nettement dans la nuit de mardi à mercredi.

L'air va se rafraîchir nettement dans la nuit de mardi à mercredi.

AFP

La vague de froid a gagné la suisse mardi. Elle était accompagnée de chutes de neige, parfois fortes, qui ont mobilisé les services de la voirie dans plusieurs villes.

La neige a perturbé le trafic routier en particulier dans les cantons de Fribourg et de Vaud. En Valais par exemple, la route reliant Fully à Buitonnaz a été fermée en raison d'un risque d'avalanche, a indiqué le site du Touring Club Suisse.

La circulation des poids lourds a aussi été affectée par les conditions météo: un tronçon de l'A13 près de Coire leur a été fermé, de même que l'accès au poste de douane de Bardonnex (GE).

Le trafic aérien et ferroviaire a parfois été brièvement retardé mardi. En raison de chutes de neige, le trafic a été interrompu sur la ligne de chemin de fer reliant Le Châtelard-Frontière (VS) à Chamonix-Mont-Blanc (F).

Chutes des températures

L'air va se rafraîchir nettement dans la nuit de mardi à mercredi et les températures négatives se généraliseront mercredi sur le Plateau, selon MétéoSuisse. Dès vendredi soir, l'air sera plus glacial encore.

Jusqu'à dimanche, voire lundi, le mercure pourrait indiquer entre -14 et -22 degrés en moyenne montagne, indique meteonews. La bise renforcera la sensation de froid: les températures ressenties seront comprises entre -15 et -20 degrés sur le Plateau et entre -25 et -40 degrés par exemple sur les pistes de ski exposées au vent.

Aiguillages chauffés

Cet épisode de grand froid en fin de semaine est classé «alerte maximale» par les CFF. Cela signifie que 360 personnes supplémentaires seront mobilisées pour assurer la bonne marche du trafic ferroviaire.

Elles seront affectées au déblaiement des quais, à briser glace et glaçons se formant dans des tunnels ou à dégripper des aiguillages à l'aide d'un chalumeau, a dit à l'ats Frédéric Revaz, porte-parole des CFF. Ce froid ne contraint pas à reporter de gros chantiers de réfection de voies car ceux-ci ne sont pas programmés durant l'hiver.

L'horaire cadencé permet de lutter contre les effets des chutes de neige ou le danger de formation de glace sur la caténaire. «Comme les trains passent souvent, cela réduit fortement le risque», a précisé Frédéric Revaz.

Le matériel roulant et les infrastructures ferroviaires sont prévus pour résister à des températures très basses: jusqu'à -20 degrés. Le réseau des CFF compte plus de 10'000 aiguillages, dont 6800 sont chauffés.

Vigilance accrue

Les transports publics fribourgeois (TPF) sont habitués aux conditions hivernales. «Nous ne sommes pas inquiets mais vigilants», a expliqué Martial Messeiller, porte-parole des TPF.

En ville de Fribourg, un trolleybus spécialement équipé a circulé mardi vers 5h30 - avant le début du service normal - pour dégivrer la ligne électrique sur tout le réseau.

Il le sera sans doute aussi ces prochains jours.

Dans le reste du canton, les autobus comme les trains des TPF sont équipés en conséquence. Ils devraient circuler normalement ce week-end et une vingtaine de personnes vont assurer un service de piquet, habituel durant l'hiver.

Aéroport de Genève

Les transports publics d'autres villes du pays redoutent moins les grands froids que la neige. Celle-ci peut rapidement désorganiser la circulation.

Même constat aux aéroport de Genève, Zurich ou Bâle. Là, il importe que la ou les pistes soient déblayées rapidement. Sinon cela peut conduire à une interruption du trafic, voire à des annulations en série. En cas de températures négatives au sol, les avions sont dégivrés avant le décollage à l'aide de fluides anti-glace.

(ats)

Votre opinion