Actualisé 09.10.2015 à 17:57

FIFALa Suisse autorise l'extradition de Costas Takkas

L'ex-secrétaire britannique de la fédération des îles Caïmans de football est soupçonné de corruption.

1 / 150
L'ex-président de l'UEFA a décidé de saisir la Cour européenne des droits de l'Homme, après sa condamnation à quatre ans de suspension pour avoir reçu deux millions de francs de Sepp Blatter, à l'époque président de la Fifa. (Mercredi 24 janvier 2018)

L'ex-président de l'UEFA a décidé de saisir la Cour européenne des droits de l'Homme, après sa condamnation à quatre ans de suspension pour avoir reçu deux millions de francs de Sepp Blatter, à l'époque président de la Fifa. (Mercredi 24 janvier 2018)

Keystone
«J'ai toujours fait mon job de la meilleure manière possible», a déclaré Jérôme Valcke devant les juges du Tribunal arbitral du sport de Lausanne. (Mercredi 11 octobre 2017)

«J'ai toujours fait mon job de la meilleure manière possible», a déclaré Jérôme Valcke devant les juges du Tribunal arbitral du sport de Lausanne. (Mercredi 11 octobre 2017)

AFP
Jérome Valcke, ancien secrétaire général de la FIFA,se rendra  mercredi à Lausanne pour contester devant le Tribunal arbitral du sport sa suspension de dix ans.  (Mardi 10 octobre 2017)

Jérome Valcke, ancien secrétaire général de la FIFA,se rendra mercredi à Lausanne pour contester devant le Tribunal arbitral du sport sa suspension de dix ans. (Mardi 10 octobre 2017)

AFP

L'ex-secrétaire général de la Fédération des îles Caïmans de football (CIFA) et attaché du président de la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (CONCACAF), est soupçonné d'avoir, «pour le compte du président de la CONCACAF, demandé et accepté des pots-de-vin de plusieurs millions de dollars de la part d'une société américaine pour l'attribution de droits de marketing» des qualifications pour les coupes du monde 2018 et 2022, précise l'OFJ.

La demande d'extradition a été envoyée par les Etats-Unis le 1er juillet. Elle se base sur un mandat d'arrêt du 20 mai 2015 émis par le parquet du district Est de New York, selon le communiqué de l'Office fédéral de la justice. Ce dernier a pu établir que toutes les conditions de l'extradition sont réunies.

«A priori, en acceptant des dessous-de-table en échange de l'attribution de contrats de marketing sportif, Costas Takkas a mis à mal la libre concurrence et induit une distorsion du marché des droits médiatiques relatifs aux qualifications pour les coupes du monde», écrit l'OFJ.

Trois recours déposés

Costas Takkas avait été interpellé le 27 mai 2015 à Zurich avec six autres cadres de la fédération internationale de football. C'est le sixième dirigeant de la FIFA dont l'extradition a depuis été validée par l'OFJ, après le Costaricien Eduardo Li, le Vénézuélien Rafael Esquivel, l'Uruguayen Eugenio Figueredo, Jeffrey Webb qui a la double nationalité britannique et des îles Caïman, et le Nicaraguayen Julio Rocha.

Trois recours ont été déposés auprès du Tribunal pénal fédéral (TPF) par Rafael Esquivel, Eugenio Figueredo et Eduardo Li, a fait savoir à l'ats vendredi le porte-parole de l'Office fédéral de la justice Folco Galli.

Jeffrey Webb a consenti à être transféré. Il est arrivé aux Etats-Unis en juillet, où il plaide non coupable. Julio Rocha a accepté en août son extradition vers le Nicaragua, mais il fait aussi l'objet d'une demande des Etats-Unis. Washington peut céder la priorité au Nicaragua ou demander à être prioritaire, auquel cas l«OFJ devrait trancher. Le dossier du Brésilien José Maria Marin, septième dirigeant interpellé, est toujours pendant.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!