Exceptionnel: La Suisse couverte de bolets et autres cèpes de Bordeaux
Actualisé

ExceptionnelLa Suisse couverte de bolets et autres cèpes de Bordeaux

Cette fin d'été a vu une extraordinaire poussée de champignons. En particulier, les bolets se ramassent à la pelle dans tous les cantons. Mais cela ne cache pas une régression dans le temps...

par
Eric Felley
Après deux années de sécheresse, les bolets et les cèpes qui poussent en symbiose avec les feuillus ou les sapins sont de retour en force. Une récolte inédite de mémoire de champignonneur.

Après deux années de sécheresse, les bolets et les cèpes qui poussent en symbiose avec les feuillus ou les sapins sont de retour en force. Une récolte inédite de mémoire de champignonneur.

istock

«J'en ai contrôlé jusqu'à 300 kilos par jour, je n'ai jamais vu ça. C'est de la folie... A partir du 15 août, il y a eu une poussée extraordinaire, de grosses pluies et de la chaleur, les conditions idéales. On peut dire qu'il y a pléthore de bolets». Jacques Ançay fait partie des contrôleurs officiels de champignons pour la région de Fully-Martigny (VS) et doit avouer que, de mémoire, il n'avait vu pareille fête dans la forêt: «On voit des gens de plus de quatre-vingts ans qui ramassent des paniers entiers. Je me demande finalement ce qu'ils vont en faire...»

Vive les cèpes

Dans les bois vaudois également, l'ambiance est à la profusion: «Après deux années de sécheresse, c'est vrai que nous avons une grosse poussée depuis trois semaines». Le contrôleur mycologue de la région d'Echallens et Cossonay, Jean-Michel Froidevaux, est bien sollicité chaque jour: «Il y a beaucoup de cèpes de Bordeaux, mais on trouve aussi à nouveau des russules par exemple».

Gare à la bise

Jean-Michel Froidevaux est également contrôleur de la VAPKO - l’Association suisse des organes officiels de contrôle des champignons. Est-ce que cela va durer ? «Il y a deux choses qui peuvent contrarier la pousse, explique-t-il, c'est la bise et la sécheresse. Mais pour cette dernière, ce n'est plus un problème, car il y a un point de rosée le matin, et pour la bise, pour l'instant, ce n'est pas problématique». Mais pour le Valaisan Jacques Ançay: «Les gens pensent que cela va continuer toujours, mais la cueillette des bolets dure un mois, alors on peut donner encore une dizaine de jours et on arrive au bout. Mais d'autres vont venir, les chanterelles notamment, puis les pieds violets.»

Règlements cantonaux

En Valais la cueillette n'est pas réglementée, contrairement à d'autres cantons, qui limitent à 2 kilos en général la récolte (voir la réglementation des cantons sur le site de la VAPKO) Dans le canton de Vaud, elle est limitée à la consommation familiale et les récoltes à des fins commerciales sont soumises à une autorisation préfectorale. Dans beaucoup de cantons les cueillettes organisées, ou à but commercial, sont interdites.

Bolets en pagaille

Contrôleur dans le Jura, Pierre-Alain Lapaire, était dans la région de Romont (FR) la semaine dernière. Il est allé dans les forêts environnantes et selon ses termes: «Il y avait beaucoup de matériel... Une poussée de bolets terrible en altitude, des bolets en pagaille. Une deuxième poussée aussi... Cette semaine, il doit y a voir un monde pas possible dans les forêts, c'est certain. Dans le Jura c'est pareil aussi, il y en a beaucoup.»

Régression lente...

René Dougoud, président de la Société fribourgeoise de mycologie et scientifique averti, nuance toutefois ce millésime 2019 sur la durée: «Avec les champignons, il y a des années pauvres, des années riches... D'une manière générale, ils sont en régression dans nos forêts. Ils ont diminué de moitié, sinon davantage depuis des années. Si l'on entend les aînés aussi, il y en avait beaucoup plus avant. Les causes du déclin sont le changement climatique et les pluies acides, l'acidité trop intense de l'eau n'est pas bonne.»

Autrement dit, à l'instar de la Ballade des dames du temps jadis, après une belle année, il nous faudrait reprendre le refrain: mais où sont donc passés les champignons d'antan ?

Votre opinion