Coronavirus: La Suisse devrait en faire plus pour les pays pauvres
Publié

CoronavirusLa Suisse devrait en faire plus pour les pays pauvres

Plusieurs organisations d'entraide enjoignent Berne de mettre la main au portefeuille pour combler le fossé qui se creuse encore davantage avec la pandémie dans les pays les plus pauvres.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

AFP

Une trentaine d'organisations appellent le Conseil fédéral à s'engager avec vigueur sur le plan international dans la lutte contre la pandémie du Covid-19 et ses conséquences socio-économiques, en particulier dans les pays les plus pauvres. Elles ont présenté ce lundi quatre requêtes au gouvernement, dont une augmentation de son aide financière.

Berne doit notamment consacrer 0,7% de son produit national brut (PIB) à l'aide publique au développement, contre à peine 0,5% actuellement. Sans des moyens financiers nécessaires et suffisants, la crise actuelle ne fera qu'accroître les vulnérabilités déjà existantes des pays les plus fragiles et aggravera les impacts directs et indirects de la pandémie pour le monde, mais aussi pour la Suisse, écrivent les organisations signataires de l'appel.

Face à l'urgence sanitaire mondiale actuelle, ces dernières appellent la Suisse à mobiliser des moyens financiers supplémentaires en termes d'aide humanitaire en faveur des pays les plus pauvres et des populations les plus vulnérables y compris les migrants et les réfugiés. Pour l'heure, le Conseil fédéral a décidé de débloquer un total de 400 millions de francs pour aider les pays en développement face au Covid-19.

Parallèlement, Berne doit s'engager pour que les pays les plus pauvres bénéficient d'un moratoire voire d'une suppression de leur dette, comme demandé par les Nations unies. L'engagement international de la Suisse doit en outre être cohérent avec la mise en oeuvre de l'Agenda 2030 sur le développement durable, avertissent les organisations d'entraide.

Covid-19 et développement durable

La lutte contre la pandémie et ses effets est un défi additionnel à relever et cette lutte ne doit pas remplacer les objectifs du développement durable. L'Agenda 2030 vise justement la réalisation de sociétés plus résilientes face aux effets du changement climatique, de la perte de biodiversité et aux menaces sanitaires.

Les signataires de l'appel relèvent eux-mêmes que la Suisse a co-initié la résolution de l'ONU sur la solidarité mondiale pour lutter contre la pandémie du Covid-19. La Suisse a tout intérêt à s'attaquer aux causes du départ de ces populations de leurs régions d'origine. Elle doit «se montrer solidaire avec les pays démunis», déclarait le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis il y a quelques jours.

Parmi les organisations signataires de l'appel, on trouve notamment l'Association Suisse-ONU, la Société pour les peuples menacés, Swissaid, Action de Carême, Pain pour le prochain, Terre des Hommes ou humanrights.ch.

(ats)

Votre opinion