Classement: La Suisse en tête pour la compétitivité des talents
Publié

ClassementLa Suisse en tête pour la compétitivité des talents

La Suisse arrive en tête de l'indice sur la compétitivité et les talents publié mardi en amont du WEF. Elle est suivie par Singapour et Luxembourg.

1 / 20
La Secrétaire d'Etat à l'économie a présidé samedi à Davos (GR) la traditionnelle réunion informelle des ministres de l'Organisation mondiale du commerce. (samedi 23 janvier 2016)

La Secrétaire d'Etat à l'économie a présidé samedi à Davos (GR) la traditionnelle réunion informelle des ministres de l'Organisation mondiale du commerce. (samedi 23 janvier 2016)

AFP
Une manifestation hostile au Forum économique de Davos a réuni une vingtaine de personnes. (samedi 23 janvier 2016)

Une manifestation hostile au Forum économique de Davos a réuni une vingtaine de personnes. (samedi 23 janvier 2016)

AFP
Didier Burkhalter avec son homologue français Laurent Fabius au Forum de Davos ce 21 janvier 2016. Le conseiller fédéral a dû défendre la position de la Suisse qui doit trouver un moyen d'appliquer l'initiative du 9 février en respectant la libre-circulation. (jeudi 21 janvier 2016)

Didier Burkhalter avec son homologue français Laurent Fabius au Forum de Davos ce 21 janvier 2016. Le conseiller fédéral a dû défendre la position de la Suisse qui doit trouver un moyen d'appliquer l'initiative du 9 février en respectant la libre-circulation. (jeudi 21 janvier 2016)

AFP

Les entreprises helvétiques ont de grandes aptitudes pour attirer les travailleurs étrangers hautement qualifiés. Pour sa troisième édition, cette étude annuelle concoctée par l'école de management Insead à Fontainebleau, près de Paris, et le numéro un mondial du travail temporaire Adecco, met l'accent sur le thème de la mobilité, soulignant la forte corrélation entre les mouvements des talents et la prospérité économique.

En Suisse et au Luxembourg, la part de la population née à l'étranger se monte à près de 25% et grimpe même à 43% dans le cas de Singapour, ont quantifié les auteurs de l'étude. Ces petites économies, confrontées à des défis spécifiques, tels que le manque de matières premières, ont mis en place des politiques qui en ont fait des destinations attrayantes pour les travailleurs qualifiés, selon eux.

Les grandes économies qui arrivent en tête de classement, notamment les États-Unis (4e rang), le Royaume-Uni (7e rang) et le Canada (9e rang), s'appuient quant à elles à la fois sur une forte tradition en matière d'immigration et la solide réputation de leurs universités qui leur permettent d'attirer des étudiants du monde entier.

La France, 22e

La France se classe en revanche loin derrière, à la 22e position. Si elle obtient un bon score en termes d'enseignement supérieur, elle se trouve en revanche tirée vers le bas par sa réglementation, en particulier concernant la flexibilité du marché du travail, un des critères d'évaluation dans cette étude qui a passé en revue quelque 109 pays.

«L'une des recommandations clés du rapport est que les pays doivent gérer de manière plus professionnelle et stratégique les nouvelles dynamiques en matière de circulation des cerveaux», a commenté Bruno Lanvin, directeur pour les indices mondiaux à l'Insead, cité dans un communiqué.Importance du numérique

Le Forum économique mondial (WEF), qui réunit dès mercredi près de 2500 décideurs politiques et économiques à Davos, aborde cette année le thème de la quatrième révolution industrielle.

«Le monde du travail évolue plus vite que jamais», a fait valoir Alain Dehaze, le patron d'Adecco, qui a encouragé les employeurs à développer les compétences numériques, insistant sur le fait que les pays les plus performants en termes de gestion des talents étaient ceux qui avaient investi dans la formation tout en restant souples dans la législation du travail.

(AFP)

Votre opinion