Publié

DiplomatieLa Suisse et l'UE veulent institutionnaliser leur dialogue

L'institutionnalisation du dialogue entre la Suisse et l'UE a été au coeur de la rencontre jeudi du ministre des Affaires étrangères Didier Burkhalter avec la cheffe de la diplomatie européenne Catherine Ashton.

Catherine Ashton et Didier Burkhalter à Neuchâtel, le 17 octobre 2013.

Catherine Ashton et Didier Burkhalter à Neuchâtel, le 17 octobre 2013.

Keystone

Didier Burkhalter et Catherine Ashton s'entretenaient dans le cadre d'une visite officielle à Neuchâtel. Jusqu'alors, «les relations du département avec la section de Mme Ashton n'étaient pas régulières», contrairement à celles avec d'autres pays, a expliqué Jean-Marc Crevoisier, porte-parole du Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE). Il y a là une volonté d'établir «un vrai contact en fixant comme cadre des rencontres régulières, de créer une routine» afin d'améliorer les échanges et d'être plus productifs.

La visite de Catherine Ashton a en outre été l'occasion d'un échange de vues sur la présidence suisse de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Didier Burkhalter a présenté à la vice-présidente de la Commission européenne les priorités de la Suisse, dont la promotion de la sécurité et l'amélioration de la capacité d'action de l'OSCE. Collaboration multilatérale en question

Les principaux dossiers des relations bilatérales ainsi que les questions institutionnelles entre la Suisse et l'Union européenne ont été évoqués. Les discussions ont en outre porté sur la collaboration avec l'UE au plan multilatéral, notamment en ce qui concerne le développement, la politique des droits de l'homme et la Genève internationale, souligne le DFAE.

L'actualité internationale n'a pas été non plus en reste. Les ministres des Affaires étrangères ont discuté des résultats des négociations à Genève sur le nucléaire iranien, de la prochaine conférence sur la Syrie à Genève en novembre et de diverses questions en lien avec la situation en Egypte.

(ats)

Votre opinion