Conservation - La Suisse invente une couche protectrice pour les fruits
Actualisé

ConservationLa Suisse invente une couche protectrice pour les fruits

Lidl et des chercheurs de l’Empa ont développé une enveloppe en cellulose qui remplace avantageusement le plastique.

1 / 2
Des bananes avec la couche de protection en cellulose après 10 jours.

Des bananes avec la couche de protection en cellulose après 10 jours.

Empa
Toujours après 10 jours, des bananes sans la protection.

Toujours après 10 jours, des bananes sans la protection.

Empa

Les emballages en plastique dans le commerce alimentaire protègent les fruits et légumes contre la détérioration, mais engendrent dans le même temps d’importantes quantités de déchets. En collaboration avec le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa), la chaîne de magasins Lidl Suisse a développé une protection pour les fruits et légumes à base de matières premières renouvelables.

Les chercheurs ont mis au point, en un peu plus d’un an de travail, une couche de protection en cellulose spéciale, fabriquée à partir de marc, c’est-à-dire d’épluchures de fruits et de légumes pressés. Les tests ont montré que la durée de conservation des bananes était prolongée de plus d’une semaine. Cela permet de réduire sensiblement le gaspillage alimentaire. «Notre objectif principal est de remplacer de nombreux emballages fabriqués à partir de pétrole par des couches de protection naturelles comme celle-ci à l’avenir», explique Gustav Nyström, directeur du département de recherche.

Consommable et sans danger pour l’homme

À l’avenir, c’est avant tout le marc qui sera transformé en cellulose fibrillée. Par «marc», on entend les résidus solides issus du pressage visant à extraire le jus des fruits, des légumes et des plantes. Jusqu’à présent, ces résidus végétaux étaient éliminés dans des installations de biogaz ou directement dans les champs. Bientôt, ils permettront notamment de fabriquer une couche de protection pour les fruits frais. En fonction des résultats des recherches, cette couche de protection sera soit vaporisée sur les fruits, soit appliquée sur les produits par immersion.

Cette protection sera facilement lavable et sans danger pour l’homme. Elle pourra également être consommée avec le produit. Il reste encore beaucoup à apprendre sur le potentiel de la couche de protection en cellulose: il existe la possibilité d’y ajouter des éléments tels que des vitamines, des antioxydants, etc.

Utilisable dans deux ans

Cet été, l’étude préliminaire prometteuse qui se déroulait depuis 2019 a été terminée et l’étude principale a été entamée. La couche en cellulose développée chez l’Empa sera testée et améliorée au cours des deux prochaines années en collaboration avec Lidl Suisse et un fournisseur de fruits et légumes. Ce projet sera soutenu financièrement par l’Agence suisse pour l’encouragement de l’innovation (Innosuisse). L’objectif est de rendre cette nouvelle technologie utilisable dans les plus de 150 magasins Lidl en Suisse à l’issue de l’étude principale.

(Comm/M.P.)

Votre opinion

9 commentaires