Coupe du monde: La Suisse a gagné contre la Serbie et affrontera le Portugal en huitièmes

Publié

Qatar 2022La Suisse met la manière contre la Serbie et donne rendez-vous au Portugal

Malgré neuf minutes d’absence, l’équipe nationale a eu la lucidité de s’imposer 3-2 pour se qualifier pour les 8es de finale de la Coupe du monde 2022. Dans l’autre match du groupe, le Cameroun a battu le Brésil (1-0).

par
Valentin Schnorhk
(Doha)
La joie du camp suisse après le troisième but de Freuler.

La joie du camp suisse après le troisième but de Freuler.

AFP

Neuf minutes. Durant neuf minutes, l’équipe de Suisse se voyait faire ses valises et regagner la Suisse. Elles paraissent bien loin désormais: la Suisse est 8es de finale de la Coupe du monde 2022, comme elle l’avait été lors des deux dernières éditions. Après sa victoire 3-2 contre la Serbie vendredi, elle devra se confronter au Portugal mardi sur les coups de 20 heures en Suisse. Un sacré défi.

Mais neuf minutes durant donc, le rendez-vous n’était pas agendé. C’est le temps que Breel Embolo puisse venir l’entériner, et permettre à l’équipe nationale de s’envisager un avenir dans ce Mondial. C’était juste avant la mi-temps, quand Xherdan Shaqiri avait choisi de prendre les choses en main, en venant chercher un ballon au milieu de terrain pour le remonter vers Djibril Sow, qui décalait dans le bon timing Silvan Widmer. Le centre du latéral droit trouvait l’attaquant au deuxième poteau. Position idéale. Profond soulagement.

Comment la Suisse s’est-elle mise en situation de risquer sa qualification pour les 8es de finale? En jouant sur un fil, déjà. Elle était capable de se créer une triple occasion (Xhaka, Embolo, Xhaka) après seulement vingt secondes, mais de laisser Zivkovic trouver le poteau droit de Kobel à la 10e minute. Il y avait des espaces dans la défense serbe, ils étaient exploités: l’équipe nationale en profitait pour ouvrir le score par Shaqiri, parfaitement décalé par Sow suite à un centre renvoyé de Rodriguez (20e).

Comme dans un rêve. Avant que cela ne vire au cauchemar en moins de dix minutes. Deux pertes de balle: celle de Remo Freuler, d’abord. Dusan Tadic pouvait avancer et déposer le ballon sur la tête d’Aleksandar Mitrovic, menace ultime dans les seize mètres (26e). Mais pas la seule: il y a aussi Dusan Vlahovic. C’est en effet l’attaquant de la Juventus qui était à la conclusion de cette transition partie d’une mauvaise passe de Shaqiri vers Freuler. Tadic était encore une fois sur l’assist (35e).

3-2 au bon moment

Ainsi commençaient ces neuf minutes. Ainsi l’on pouvait s’imaginer les pires scénarios: moins de dix minutes, cela suffit à cogiter. Le mérite de la Suisse, c’est d’avoir pris ce temps pour retrouver des certitudes. Dans ces moments-là, si l’on improvise, c’est pour revenir à ce que l’on sait faire de mieux. Exemple parfait: Granit Xhaka de retour devant la défense, parce que c’est là qu’il est le meilleur en équipe de Suisse et c’est là que l’équipe de Suisse en profite le mieux.

L’équipe nationale lui a alors confié le contrôle de son jeu et donc un petit peu son destin. Le but de l’égalisation est alors intervenu au meilleur moment: juste avant la mi-temps. Mais il ne fallait pas s’arrêter là, histoire de s’éviter une mauvaise surprise venue de Cameroun-Brésil (elle a d’ailleurs fini par tomber!). Et c’est à nouveau au meilleur moment que le 3-2 est tombé: juste après la mi-temps.

Autre action d’école. Avec forcément Shaqiri au départ, en mettant un petit ballon dans la surface vers Vargas. La remise de ce dernier est l’un des gestes de cette première partie de mondiale: une remise en talonnade en pleine course pour permettre à Remo Freuler de surgir en deuxième rideau et crucifier Vanja Milinkovic-Savic. Aurait-il été là si Xhaka ne s’était pas approprié le milieu? Pas sûr.

Qu’importe, c’est sans doute dans cette configuration que la Suisse se porte le mieux. L’entrée de Denis Zakaria (enfin!) à la 68e minute a aussi contribué à stabiliser le milieu de terrain et faire en sorte que la fin de match soit vivable pour une équipe qui doit déjà remettre ça dans quatre jours. Pour tout dire, la date était déjà cochée.

Serbie - Suisse 2-3 (2-2)

Stade 974. 41’378 spectateurs. Arbitre: M. Rapallini (ARG).

Buts: 20e Shaqiri 0-1. 26e A. Mitrovic 1-1. 35e Vlahovic 2-1. 44e Embolo 2-2. 48e Freuler 2-3.

Serbie: V. Milinkovic-Savic; Milenkovic, Veljkovic (55e Gudelj), Pavlovic; Zivkovic (78e Radonjic), Lukic, S. Milinkovic-Savic (67e Maksimovic), Kostic; Tadic (78e Duricic); A. Mitrovic, Vlahovic (55e Jovic). Sélectionneur: Dragan Stojkovic.

Suisse: Kobel; Widmer, Schär, Akanji, Rodriguez; Sow (68e Zakaria), Freuler, Xhaka; Shaqiri (68e Fernandes), Embolo (96e Okafor), Vargas (83e Fassnacht). Sélectionneur: Murat Yakin.

Avertissements: 15e Widmer. 34e Vargas. 47e S. Milinkovic-Savic. 56e Pavlovic. 66e Rajkovic. 81e Gudelj. 82e A. Mitrovic. 95e Xhaka. 95e Milenkovic. 99e Schär. 100e Lukic.

Notes: La Suisse sans Elvedi, Köhn et Sommer (malades).

Le Brésil battu

Dans l’autre rencontre de cette soirée dans le groupe G, les Brésiliens ont terminé la phase de poule par une défaite sans conséquence contre le Cameroun 1 à 0 avec une équipe de remplaçants. C’est Aboubakar qui a fait la différence à la 92e. En fêtant son but en enlevant son maillot, il a pris un deuxième carton jaune et a été expulsé. Le Brésil affrontera la Corée du Sud en huitièmes de finale. 

Huitièmes de finale

Samedi 3 décembre

16.00 Pays-Bas – États-Unis (match 1)

20.00 Argentine – Australie (match 2)

Dimanche 4 décembre

16.00 France – Pologne (match 3)

20.00 Angleterre – Sénégal (match 4)

Lundi 5 décembre

16.00 Japon – Croatie (match 5)

20.00 Brésil – Corée du Sud (match 6)

Mardi 6 décembre

16.00 Maroc – Espagne (match 7)

20.00 Portugal – Suisse (match 8)

Ton opinion