Publié

Développement durableLa Suisse mise sur le bois pour remplacer le pétrole

Pour faire face aux défis du changement climatique et de la raréfaction des ressources, la Suisse mise sur le bois. Le Programme national de recherche «Ressource bois» a débuté ses travaux.

Le bois pourrait aussi servir de substance de base pour la création produits chimiques, estime le FNS.

Le bois pourrait aussi servir de substance de base pour la création produits chimiques, estime le FNS.

Keystone

Ce programme vise à améliorer les propriétés du bois pour lui permettre de remplacer le pétrole comme source d'énergie ou comme substance de base des produits chimiques, a annoncé jeudi le Fonds national suisse (FNS) de la recherche scientifique dans un communiqué. Les chercheurs ont aussi pour objectif d'en faire le meilleur matériel de construction possible.

Ainsi, une équipe de chercheurs vise à créer un système de structure porteuse qui permettrait à des bâtiments en bois de résister aux séismes ou aux vents violents. Une deuxième équipe veut faciliter les applications en extérieur du bois.

Pour ce faire, elle étudie la manière d'améliorer les combinaisons entre le bois et d'autres matériaux grâce à des substances appelées photo-initiateurs. Celles-ci transforment l'énergie lumineuse en énergie chimique.

Le PNR66 prévoit aussi d'optimiser l'utilisation du bois en intérieur. Un projet vise à créer un nouveau genre de meubles en kit grâce à des plaques de bois spéciales remplies de mousse, plus légères que les traditionnelles.

Bio-raffinerie

D'autres chercheurs planchent sur les façons d'utiliser le bois usagé et les résidus comme source d'énergie. Ils cherchent par exemple à fabriquer un gaz de pétrole synthétique. Un autre projet est consacré à l'élaboration de protéines artificielles permettant de faciliter l'extraction de la lignine du bois, utilisée dans l'industrie pour fabriquer des solvants.

Le but du programme n'est toutefois pas de promouvoir l'utilisation du bois au détriment des autres fonctions importantes de la forêt, comme la protection ou la récréation, affirme Martin Riediker, président du comité de direction du PNR 66, cité dans le communiqué.

Il s'agit au contraire de «poser les jalons d'une exploitation intelligente des ressources en bois» en collaboration avec les représentants du secteur forestier.

(ats)

Votre opinion