16.09.2013 à 11:40

Exécution des peines«La Suisse romande a 20 ans de retard»

Le meurtre d'Adeline a secoué la Suisse des deux côtés de la Sarine. Les cantons alémaniques ont adopté une gestion beaucoup plus rigoureuse dans le cas des détenus les plus dangereux. Zurich fait office de précurseur.

von
Pascal Schmuck
1 / 14
Sur ces images, Fabrice A. est conduit chez les procureur du district de Szczecin, en Pologne, par la police.

Sur ces images, Fabrice A. est conduit chez les procureur du district de Szczecin, en Pologne, par la police.

MARCI BIELECKI/EPA
Sur ces images, Fabrice A. est conduit chez les procureur du district de Szczecin, en Pologne, par la police.

Sur ces images, Fabrice A. est conduit chez les procureur du district de Szczecin, en Pologne, par la police.

MARCI BIELECKI/EPA
Sur ces images, Fabrice A. est conduit chez les procureur du district de Szczecin, en Pologne, par la police.

Sur ces images, Fabrice A. est conduit chez les procureur du district de Szczecin, en Pologne, par la police.

MARCI BIELECKI/EPA

Le meurtre d'Adeline suscite une certaine incompréhension sur les bords de la Limmat, car si le canton de Zurich emmène parfois certains de ses détenus en balade, histoire de leur faire prendre l'air, ainsi que l'avait reconnu Ueli Graf, directeur de centre de détention de Pöschwies, au grand jamais il ne s'y risquerait pour un violeur récidiviste.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!