10.04.2013 à 06:17

AnniversaireLa Suisse s’aime en Doris Leuthard, sa quinqua préférée

La conseillère fédérale PDC fête ses 50 ans mercredi 10 avril. Les sondages sont formels : Doris Leuthard est la politicienne la plus aimée des Suisses. Décorticage subjectif d’une image

von
Xavier Alonso
1 / 19
En avril 2012, elle prend part à une conférence de presse sur le programme de stratégie énergétique 2050.

En avril 2012, elle prend part à une conférence de presse sur le programme de stratégie énergétique 2050.

Keystone
Participation en juin 2010 à une fête folklorique dans le canton de Schwytz.

Participation en juin 2010 à une fête folklorique dans le canton de Schwytz.

Keystone
En avril 2010, Doris Leuthard s'entretient avec Barack Obama lors d'un Sommet sur l'énergie nucléaire à Washington.

En avril 2010, Doris Leuthard s'entretient avec Barack Obama lors d'un Sommet sur l'énergie nucléaire à Washington.

Keystone

La plus aimée, c’est elle. Régulièrement, à chaque sondage de popularité du Conseil fédéral, c’est immanquablement Doris Leuthard qui arrive en tête. La femme politique la plus chérie des Suisses fête ainsi ses 50 ans mercredi 10 avril. Ça tombe bien, c’est jour de séance du Conseil fédéral. Ses collègues lui réservent une surprise paraît-il, mais le secret est bien gardé. Rien ne filtre…

Justement y a-t-il un secret Doris Leuthard? Pourquoi celle qui fut ministre de l’Economie jusqu’en 2009, et désormais ministre de l’Environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) surclasse les autres membres du Conseil fédéral au jeu de la popularité?

Elle représente pourtant un parti, le PDC, en légère mais constante perte de vitesse. Elle vient encore d’un canton, l’Argovie, pas très porteur en termes d’images fortes. Mais à 50 ans tout ronds, Doris Leuthard est la doyenne de fonction au Conseil fédéral et sa star incontestée!

Intelligence politique

Il y aurait bien des choses à dire sur sa force de travail, son intelligence tactique, ses compétences moult fois démontrées. Comme sa capacité, en bonne PDC, à sentir le vent de l’opinion publique et pousser le Conseil fédéral à sortir du nucléaire alors qu'elle s'est toujours affichée proche de l'atome. C'est que ses échecs et ses faux pas ne parviennent pas altérer son capital sympathie. Ainsi elle était vice-présidente du PDC Suisse lors de l’éviction de Ruth Metzler en 2003. Et elle reste pour beaucoup «Mme Cassis de Dijon»!

Mais Doris Leuthard incarne aussi une image de la femme en politique qui rassure ses concitoyens. Souriante, avenante, polyglotte (elle maîtrise bien trois des quatre langues nationales), elle incarne à la fois une Suisse ancrée dans son pays et moderne.

2010, l'année du sacre

Son année présidentielle en 2010 l’a ainsi révélée aux yeux des Suisses. Le pays venait de traverser une année 2009 terrible avec un Hans-Rudolf Merz sur le qui-vive et chahuté tant par l’affaire Kadhafi que sur le front du secret bancaire. Mais dans la foulée, Doris Leuthard a virevolté aux quatre coins du monde en étrennant sa tenue de présidente de la Confédération. Un costume qu’elle porte avec aisance et élégance. Un brin de glamour sans rien céder sur le fond.

Pour le coup, une Confédération qui a mal à son image internationale découvre une présidente de la Confédération rayonnante. Doris Leuthard exhale un plaisir rare à discuter avec l’Américain Barack Obama, le Français Nicolas Sarkozy, le Russe Dmitri Medvedev, l’Allemande Angela Merkel, le Chinois Hu Jintao ou encore le pape Benoît XVI.

Les images feront le reste. Elle y apparaît toujours décontractée et sûre d’elle. Comme parfaitement consciente qu’elle est à sa place, sans esbroufe ni ostentation. En fait, la Suisse s’aime en Doris Leuthard. Une cheffe d’Etat souriante qui défend les intérêts d’un pays moderne, accueillant, fiers de ses succès et de ses atouts.

Doris Leuthard en bref

Naissance: le 10 avril 1963.

Formation: études de droit à l'Université de Zurich et obtient en 1991 le brevet d'avocate dans le canton d'Argovie.

Civil: Mariée à Roland Hausin, Dr en chimie. Pas d’enfant.

Politique: PDC du canton d’Argovie. Elue en 1999 au Conseil national. Devient vice-présidente du PDC en 2001. Présidente du PDC en 2004.

Conseil fédéral: Elue au Conseil fédéral en 2006, succédant au Joseph Deiss. Ministre de l’Economie de 2006 à 2009. Ministre de l’Environnement, des transports, de l’énergie et de la communication depuis 2009.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!