Curling: Alina Pätz: «L’Ecosse était la plus forte»

Publié

CurlingAlina Pätz: «L’Ecosse était la plus forte»

A Thônex, le couple suisse composé d’Alina Pätz et de Sven Michel s’incline 7-9 en finale des Mondiaux de double mixte. Ils n’ont rien à se reprocher.

Alina Pätz et Sven Michel

Alina Pätz et Sven Michel

LAFARGUE

Il aurait fallu un petit miracle, un soupçon de réussite. «Ou alors, une erreur des Ecossais, mais ils en commettent si peu», indique Sven Michel, sa médaille d’argent autour du cou. A Thônex, comme beaucoup le pressentait, l’équipe de Suisse a dû se soumettre à la loi et à la supériorité des curleurs au chardon. Qui s’y frottent, s’y piquent. Invaincus durant tout le tournoi, Eve Muirhead et Bobby Lammie ont remporté la finale 9-7 et leur premier titre mondial de double mixte. «Ils étaient plus forts, mais on n’était pas si loin d’eux», concède Alina Pätz sur un air de cornemuse.

Sorti indemne d’une demi-finale hitchcockienne contre la Norvège, le couple helvétique a raté son entrée dans la finale. Prendre d’emblée un coup de quatre dans les gencives, ce n’est pas la meilleure façon pour défier un duo à la maîtrise olympienne. Titrée à Pékin avec l’équipe anglaise féminine, Eve Muirhead est une championne fascinante. La brune des Highland a les yeux menthe à l’eau et le geste clinique, d’une précision millimétrique. Lorsqu’elle lance sa pierre, c’est comme si elle lui jetait un sort. Quant à Bobby Lammie, médaillé d’argent aux côtés de Bruce Muat, il a le regard revolver et il balaie comme un docker sur le pont d’un chalutier. Machinalement. Avec lui, la pêche est souvent bonne.

Pris à la gorge, le maçon bernois et sa compagne zurichoise ont bien été obligés d’aller au charbon. De prendre des risques. Relancés par un bon power-play, puis le vol de deux pierres, ils sont même parvenus à recoller au score à l’issue du 6e end (6-7). «On a fait de notre mieux, on ne s’est pas découragés. Mais les Ecossais ont serré leur jeu et pour Alina, la dernière pierre du match était presque injouable. C’est sûr, on est un peu frustrés. Cela dit, on a réussi un très bon tournoi, on n’a pas le droit d’être déçus», confie Sven Michel.

A Interlaken, cette nouvelle médaille viendra garnir une vitrine déjà bien remplie. En attendant la suivante? «La saison prochaine, on aura tous deux à cœur de bien nous intégrer dans notre nouvelle équipe. Et on espère pouvoir nous remettre au double mixte. C’est cool de jouer ensemble.»

L’Allemagne en bronze

(Pascal Bornand)

Ton opinion

0 commentaires