Actualisé 30.05.2012 à 22:48

FootballLa Suisse tombe dans le piège

La Suisse n'est pas parvenue à enchaîner. Quatre jours après la victoire historique contre l'Allemagne, elle a chuté à Lucerne.

La Suisse s'incline 1-0 face à la Roumanie.

La Suisse s'incline 1-0 face à la Roumanie.

Keystone

A la Swissporarena devant 11 850 spectateurs, la formation helvétique s'est inclinée 1-0 devant la Roumanie pour son dernier match de la saison. La décision est tombée à la 56e avec une tête victorieuse de Grozav sur laquelle le néophyte Yann Sommer n'endosse aucune responsabilité.

Face à un adversaire qui a bien mieux défendu que les Allemands, les Suisses ont singulièrement manqué de tranchant dans les trente derniers mètres. Le héros de St-Jacques Eren Derdiyok a trop joué par intermittence. Il s'est toutefois créé la plus belle occasion pour la Suisse avec une tête croisée à la 41e minute qui a filé tout près du poteau droit roumain.

Dans la minute suivante, une rupture de Lichtsteiner voyait Barnetta surgir pour armer une volée qu'il ne pouvait toutefois pas cadrer pour le plus beau geste du match. En seconde période malgré un ascendant territorial très marqué, les Suisses ont dû attendre... les arrêts de jeu pour porter enfin le danger avec une tête de Djourou.

Cette rencontre de Lucerne livre un enseignement majeur. Face à un adversaire contre lequel elle doit faire le jeu, un contexte qu'elle retrouvera pratiquement tout au long du tour préliminaire de la Coupe du monde 2014, la Suisse ne peut pas se passer de Xherdan Shaqiri. Forfait comme samedi à Bâle en raison d'une gêne à la cuisse, le futur joueur du Bayern Munich est capable à lui tout seul de destabiliser n'importe quelle défense à tout moment. Comme contre la Bulgarie en septembre dernier à Bâle où il avait signé le premier triplé d'un attaquant suisse cette saison.

Une entame bien laborieuse

Dans une ambiance malheureusement trop feutrée, la Suisse a connu une entame bien laborieuse. Les hésitations de Djourou et de Xhaka offraient très vite des possibilités aux Roumains. La plus belle fut pour Grozav dès la 2e minute sur une erreur de Djourou.

Sans toucher au génie, la Suisse a eu un premier mérite: celui de prendre les commandes d'un match qui avait tout du piège parfait. Il le fut bien malgré toutes les mises en garde du sélectionneur. Sous l'impulsion d'un Barnetta à nouveau inspiré, les Suisses campaient dans le camp roumain. Ils devaient bénéficier de sept corners avant la pause.

Djourou le grand perdant

En commettant une nouvelle erreur grossière dès la reprise du jeu devant Niculae, Djourou s'enfonçait encore davantage dans la Swissporarena. Le joueur d'Arsenal fut le grand perdant de la soirée. Son manque de confiance qui s'explique par son statut de réserviste à Arsenal l'interdit de postuler à une place de titulaire en sélection. La réussite qui l'a boudé sur l'occasion de la 91e est bien le signe que sa saison 2011/2012 fut «maudite».

C'est toutefois Senderos qui a endossé le mauvais rôle sur le but roumain. Une glissade de sa part à mi-terrain était à la base de l'action qui a conduit au but de Grozav. Menée au score, la Suisse tentait de se relancer avec les introductions d'Emeghara pour Stocker et de Winter pour un Mehmedi bien trop transparent. Le joueur du Dynamo Kiev fut l'autre grande déception de la soirée.

(si)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!