Climat: La Suisse va donner davantage pour l’environnement mondial

Publié

ClimatLa Suisse va donner davantage pour l’environnement mondial

Le Fonds pour l’environnement mondial bénéficiera de 197,75 millions de francs pour la période 2023 à 2026. Le Conseil des États a désavoué sa commission qui ne voulait mettre que 148 millions.

par
Christine Talos
Ignazio Cassis avait annoncé la hausse de la contribution suisse au Fond climatique à la COP27 en Égypte, sous réserve de l’approbation du Parlement, avait-il toutefois précisé.

Ignazio Cassis avait annoncé la hausse de la contribution suisse au Fond climatique à la COP27 en Égypte, sous réserve de l’approbation du Parlement, avait-il toutefois précisé.

AFP

Bonne nouvelle pour le climat. Contre l’avis de sa commission, le Conseil des États a accepté lundi soir, par 39 voix contre 3, de consacrer 197,75 millions de francs pour soutenir l’environnement mondial de 2023 à 2026.

Ce crédit d’engagement permettra à la Suisse de participer à la 8e reconstitution du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), à la reconstitution du Fonds multilatéral pour l’ozone et aux deux fonds spéciaux pour le climat, soit le fonds pour les pays les moins avancés (LDCF) et le fonds spécial pour les changements climatiques (SSCF).

Une hausse de 50 millions contestée

Par rapport à la période précédente (2019-2022), le Conseil fédéral souhaitait augmenter ce montant total de près de 50 millions en raison des besoins mondiaux beaucoup plus importants dans les domaines de la biodiversité, des produits chimiques et des déchets. D’ailleurs le président de la Confédération Ignazio Cassis avait déjà annoncé fièrement cette hausse lors de la COP27 en Égypte.

Mais la commission de l’environnement n’était pas d’accord. «Eu égard à l’évolution prochaine des finances fédérales», une majorité estimait que cette augmentation n’était pas judicieuse. Les chiffres sont «alarmants», a ainsi rappelé Hansjörg Knecht (UDC/AG), qui souhaitait mettre un frein aux dépenses. Il faut compenser ces 50 millions supplémentaires ailleurs, a tenté de plaider de son côté Damian Müller (PLR/LU).

«Les catastrophes frappent partout»

Une minorité de la commission voulait en revanche cette hausse à l’image d’Adèle Thorens (Verts/VD). «Les grands enjeux environnementaux se jouent au niveau planétaire et ne pourront être résolus que par le biais d’engagements en matière d’objectifs, et de financement équitable à l’échelle mondiale».

Elle a rappelé que «les catastrophes climatiques frappent et tuent partout sur la planète, et qu’elles finiront par toucher aussi la Suisse». Enfin, la Vaudoise a plaidé pour que la Suisse respecte l’engagement pris en Égypte. «La réputation de la Suisse au niveau international est en jeu». Elle a été entendue.

Ton opinion

30 commentaires