Coronavirus - La Suisse va passer de la phase de protection à celle de stabilisation
Publié

CoronavirusLa Suisse va passer de la phase de protection à celle de stabilisation

Si la situation épidémiologique le permet, les restaurants pourront rouvrir leurs espaces intérieurs le 31 mai. Il est aussi prévu d’augmenter le nombre de participants à des manifestations. Les réunions privées restent limitées.

par
Gilles Martin
Eva Grau

«La situation épidémiologique est encourageante», s’est réjoui Alain Berset devant la presse mercredi. Qu’il s’agisse du nombre de nouveaux cas et d’hospitalisations ou de l’occupation des lits aux soins intensifs, tous les indicateurs sont positifs. Les mesures de protection sont bien respectées et l’assouplissement du 19 avril 2021 n’a pas eu de répercussions négatives sur l’évolution de l’épidémie jusqu’à présent, a constaté le conseiller fédéral aux côtés du président de la Confédération Guy Parmelin. Quant à la vaccination, elle avance très favorablement avec 60 000 personnes vaccinées par jour. «Mais ce n’est pas le moment de tomber malade», a déclaré Alain Berset.

Fin mai, lorsque toutes les personnes vulnérables souhaitant être vaccinées auront pu l’être, la Suisse passera donc de la phase de protection à la phase de stabilisation. Le Conseil fédéral soumet ces propositions aux cantons, aux commissions parlementaires compétentes et aux partenaires sociaux. La décision sera prise le 26 mai.

Les mesures en détail:

Le Conseil fédéral propose d’autoriser la réouverture des salles de restaurant moyennant l’existence d’un plan de protection. Mais pour qu’elle devienne effective, il faut que le nombre de nouveaux cas ait baissé ou au moins se soit stabilisé. Les conditions seraient alors les mêmes que celles qui prévalent actuellement pour les terrasses: respect des distances ou séparations, 4 personnes maximum par table, enregistrement des coordonnées de tous les clients, obligation de consommer assis, obligation de porter le masque, y compris à table dans les moments où rien n’est consommé. En terrasse, cette dernière obligation sera levée.

Pour les manifestations accueillant du public, le nouveau plafond est de 100 personnes – au lieu de 50 – à l’intérieur et de 300 – au lieu de 100 – à l’extérieur. Les salles peuvent être remplies à la moitié de leur capacité, au lieu d’un tiers jusqu’à présent. Pour les autres événements comme les rencontres d’associations ou les visites guidées, le nombre maximal de participants est désormais de 30 au lieu de 15, à l’intérieur comme à l’extérieur. Les soirées dansantes restent interdites. En ce qui concerne les rencontres privées, la limite reste fixée à 10 personnes à l’intérieur et 15 à l’extérieur, «au vu du risque de contamination plus élevé», a relevé Alain Berset.

Trente personnes peuvent désormais se réunir pour faire du sport ensemble, au lieu de 15 jusqu’à maintenant. La présence du public est à nouveau autorisée, y compris lors des compétitions, les règles applicables étant celles pour les manifestations accueillant du public (100 personnes à l’intérieur et 300 à l’extérieur).

Comme dans le sport, la limite posée aux groupes dans la culture est rehaussée à 30 personnes. Elle passe à 50 personnes pour les spectacles et les répétitions nécessaires à ces spectacles, à l’intérieur comme à l’extérieur. S’agissant des fanfares et harmonies, les surfaces à respecter passent de 25 m2 à 10 m2 par personne. Quant aux chorales, elles peuvent à nouveau donner des concerts à l’extérieur, qu’elles soient professionnelles ou
non.

Obligation de télétravail assouplie

L’obligation de télétravail devient une simple recommandation pour les entreprises qui proposent des dépistages réguliers. Afin de faciliter ces derniers, la Confédération prendra non seulement en charge le coût des tests, mais également le coût des tests groupés (pooling).

Depuis le 18 janvier 2021, les employeurs avaient l’obligation de décréter le télétravail partout où la nature des activités le permet et pour autant que cela soit possible sans efforts disproportionnés. Dès que toutes les personnes qui souhaitent être vaccinées le seront (début de la phase de normalisation), la règle du télétravail sera assouplie sans conditions.

Dans les hautes écoles, la limite de 50 personnes posée à l’enseignement présentiel est levée. Les hautes écoles doivent mettre sur pied un plan de dépistage qui s’inscrive dans la stratégie cantonale et avoir l’accord du canton. Les salles peuvent être remplies à la moitié de leur capacité, au lieu d’un tiers jusqu’à présent. Le respect des distances et le port du masque restent obligatoires.

«Les meilleurs vaccins»

Alain Berset s’est félicité du choix des vaccins à ARN messager de Moderna et Pfizer. «Ce sont les meilleurs vaccins à l’heure actuelle pour atteindre une stabilité avec la circulation de nouvelles souches du virus». Concernant les 5,5 millions de doses de vaccin AstraZeneca commandées, seule une partie serait administrée en Suisse: 3 millions de doses seront mises à disposition du dispositif Covax.

Quant à ceux qui refusent de se faire vacciner, Alain Berset a insisté sur le fait que les gens doivent prendre leurs responsabilités: «À partir du moment où il existe une offre de vaccination pour tous, les fermetures et les restrictions ne sont plus justifiables», dit le ministre de la Santé.

Les bains thermaux et les centres de bien-être peuvent rouvrir leurs portes. Il convient de prévoir 15 m2 par personne. Le masque n’est pas obligatoire mais les distances doivent être respectées. Les piscines peuvent inscrire dans leurs plans de protection des exceptions au port du masque obligatoire pour certaines parties de leurs espaces extérieurs, comme les chaises longues.

Fini la quarantaine pour les personnes vaccinées

Dès le 31 mai, les personnes vaccinées ne seront plus soumises à la quarantaine en cas de contact ou de retour de voyage. La durée de cette exception et les vaccins concernés doivent encore être définis. L’obligation de test ou de quarantaine sera aussi levée pour les enfants de moins de 16 ans, qui ne peuvent être vaccinés, a précisé Alain Berset. Quant aux tests PCR pour les voyageurs, ils resteront payants. Pas question de les rembourser, a indiqué Fosca Gattoni, suppléante du chef de la section Droit des produits thérapeutiques de l’OFSP.

Dans la perspective des vacances d’été, le Conseil fédéral adapte par ailleurs les conseils de la Confédération pour les voyages: toutes les régions du monde présentent un risque de contamination au coronavirus. Les personnes souhaitant voyager à l’étranger sont priées de consulter les informations et les recommandations de l’Office fédéral de la santé publique avant de partir, et notamment la liste en vigueur des États et des zones présentant un risque.

«C’est un pas dans la bonne direction, a commenté Walter Kunz, porte-parole de la Fédération suisse du Voyage. Maintenant, au moins, on peut planifier les vacances pour les personnes qui ont les vaccins».

Il reste toutefois déconseillé de voyager dans les États ou les régions où circulent de nouveaux variants du virus. Ceux-ci feront l’objet d’une liste séparée, a indiqué le Conseil fédéral.

Prochains assouplissements discutés le 11 juin

Le Conseil fédéral prévoit d’autres assouplissements lors des deuxième et troisième phases. Le 26 mai, il prendra des décisions définitives concernant les grandes manifestations de plus de 1000 personnes sur la base des résultats de la consultation en cours d’évaluation. Il prévoit de mettre le prochain assouplissement en consultation le 11 juin et de prendre sa décision le 18 juin. Sont prévues des décisions concernant notamment les restrictions dans le sport et la culture ainsi que les manifestations. À l’été, le Conseil fédéral abordera la
planification à moyen terme et commencera à préparer l’hiver.

Durée de perception des RHT prolongée

La durée maximale de perception de l’indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail (RHT) est augmentée à 24 mois. En outre, le Conseil fédéral veut prolonger la durée de validité de la procédure de décompte sommaire de trois mois supplémentaires, soit jusqu’à la fin septembre 2021. Il a chargé le Département de l’économie, de la formation et de la recherche de lui soumettre une modification d’ordonnance en ce sens d’ici à la fin juin. Il s’agit d’éviter des licenciements en fin d’été.

Par ailleurs les aides pour les indépendants (APG) et les clubs sportifs pro et semi-pro seront aussi prolongées.

Le compte rendu intégral de la conférence de presse est disponible ici.

Votre opinion

96 commentaires